"Faire quelque chose": Elina Svitolina s’engage pour aider l’Ukraine

L'Ukrainienne Elina Svitolina, ancienne N.3 mondiale de tennis, a confié à l’AFP son espoir de retourner un jour dans son pays et revoir sa grand-mère de 80 ans, piégée à Odessa depuis le début de l'invasion russe. En attendant, elle s'engage, à la tête d'une association.

Anne-Christine POUJOULAT - AFP/Archives

L'Ukrainienne Elina Svitolina, ancienne N.3 mondiale de tennis, a confié à l’AFP son espoir de retourner un jour dans son pays et revoir sa grand-mère de 80 ans, piégée à Odessa depuis le début de l'invasion russe. En attendant, elle s'engage, à la tête d'une association.

"J’essaye de garder contact avec elle et de l’aider autant que je peux. Elle était trop âgée pour partir", a expliqué Svitolina, une semaine après sa nomination comme ambassadrice de United 24 au côté de l’ancien footballeur Andriy Shevchenko, Ballon d'Or 2004.

Créée à l'initiative du président ukrainien Volodymyr Zelensky le 5 mai dernier, cette association vise à collecter des fonds pour satisfaire les besoins engendrés par la guerre en Ukraine : défense, aide médicale et reconstruction du pays, dévasté depuis le lancement de l’offensive russe le 24 février dernier.

"C’est difficile pour les personnes âgées de se retrouver dans une nouvelle guerre (...) Le manque de nourriture, rester chez eux ou dans une cave pendant des jours... C’est extrêmement stressant et très dur mentalement", a avoué la joueuse qui est l'épouse du Français Gaël Monfils et qui attend leur premier enfant, dont la naissance est prévue en octobre.

Bien qu’elle n’ait pas vécu en Ukraine depuis des années, Svitolina, 27 ans, essaye de s’y rendre trois à quatre fois par an et l’affirme : "Je m’y sens comme chez moi".

Une femme fuyant devant une maison en flammes le 4 mars 2022 à Irpin dans la banlieu de Kiev

Une femme fuyant devant une maison en flammes le 4 mars 2022 à Irpin dans la banlieu de Kiev

Aris Messinis - AFP/Archives

- "Tellement de peine" -

Ses parents ainsi que son frère ont pu fuir le pays, mais son oncle et sa grand-mère sont restés à Odessa, carrefour multiculturel d’un million d’habitants contrôlé de facto par les forces russes et isolé du reste du pays. Une situation angoissante pour la jeune femme et qui prend le pas sur sa joie de future mère.

"Beaucoup de mes amis sont retournés en Ukraine et ont pris les armes pour défendre le pays", a confié celle qui a remporté 16 titres sur le circuit WTA.

Alors que son compatriote Sergiy Stakhovsky, lui aussi joueur de tennis, et l’entraîneur du club du football Sheriff Tiraspol Yuriy Vernydub se sont engagés dans l’armée, Svitolina entend apporter sa pierre à l'édifice.

"Tant de personnes luttent en ce moment, c’est pour cela que j’ai intégré United24. Nous pouvons faire quelque chose pour aider tous les Ukrainiens, les militaires et les enfants qui sont dans le besoin", a-t-elle ajouté en rappelant la petitesse de son engagement, au regard de la "bravoure" du chef de l’État.

"Il donne tant d’espoir aux Ukrainiens (...) Le président Zelensky est un exemple de respect (...) Il m’a donné l’espoir que nous gagnerons cette guerre".

L'Ukrainienne Elina Svitolina à l'US Open le 7 septembre 2021 à New York

L'Ukrainienne Elina Svitolina à l'US Open le 7 septembre 2021 à New York

Kena Betancur - AFP/Archives

Absente de Roland-Garros en juin, Svitolina n'a plus joué en compétition depuis son élimination au premier tour du tournoi de Miami le 24 mars dernier.

La demi-finaliste de Wimbledon et de l’US Open 2019 a rappelé l’importance de continuer d’informer l'opinion publique mondiale sur le conflit, après plusieurs mois de guerre et aucune fin en perspective.

"J’ai tellement de peine en moi de voir tant de villes détruites et combien de personnes ont perdu la vie".

AFP / Paris (AFP) / © 2022 AFP