Euro de natation: à Rome, Grousset et Bonnet se satisfont de l'argent

Des Bleus argentés. Maxime Grousset et Charlotte Bonnet sont allés chercher une médaille d'argent vendredi aux Championnats d'Europe de Rome, un métal dont ils ont tous les deux réussi à se satisfaire.

Filippo MONTEFORTE - AFP

Des Bleus argentés. Maxime Grousset et Charlotte Bonnet sont allés chercher une médaille d'argent vendredi aux Championnats d'Europe de Rome, un métal dont ils ont tous les deux réussi à se satisfaire.

La deuxième soirée de compétition a également été marquée par l'énorme performance de David Popovici, 17 ans, qui a frôlé le record du monde du 100 m nage libre.

Avec un chrono de 22 sec 97, Grousset a fini deuxième du 50 m papillon, derrière l'Italien Thomas Ceccon, sacré champion d'Europe en 22 sec 89.

Le programme du sprinteur de 23 ans était copieux ce vendredi soir avec moins d'une demi-heure après sa finale, les demies du 100 m nage libre, qu'il a conclues avec le cinquième temps (48 sec 15).

"Je suis quand même content, c'est ma première médaille en championnat d'Europe", a-t-il réagi. "Je vais me satisfaire de ça et de la qualification en finale du 100m. C'était l'objectif."

En finale du 100 m nage libre samedi soir, il retrouvera le nouveau phénomène de la natation mondiale David Popovici, qui avait décroché l'or aux Mondiaux de Budapest il y a un mois et demi, juste devant le Français.

- "Pas à pas" -

Popovici a encore étalé son talent en touchant du doigt le record du monde. L'ado de 17 ans a nagé sa demi-finale en 46 sec 98, à seulement 7 centièmes du vieux record du monde en combinaison de Cesar Cielo datant de 2009.

Le podium du 50 m papillon avec (de G. à dr.) Maxime Grousset, Thomas Ceccon et Diogo Matos Ribeiro aux Championnats d'Europe de natation de Rome, le 12 août 2022

Le podium du 50 m papillon avec (de G. à dr.) Maxime Grousset, Thomas Ceccon et Diogo Matos Ribeiro aux Championnats d'Europe de natation de Rome, le 12 août 2022

Filippo MONTEFORTE - AFP

"C'est un pas vers la bonne direction. Cela paraît normal pour moi d'y aller étape par étape et de continuer à améliorer mon temps", a simplement déclaré le Roumain.

"On va voir en finale, si ça se trouve il s'est un peu cramé", a souri Grousset, qui s'est fait "très mal aux jambes" pendant la course. "J'étais un peu pâle à la fin du 100m. Je vais bien récupérer et on verra (samedi)."

Au bronze obtenu par le relais masculin du 4x200 m jeudi, l'équipe de France a donc ajouté deux médailles d'argent, la seconde venant de Charlotte Bonnet sur le 100 m nage libre.

En l'absence de la superstar suédoise Sarah Sjöstrom, détentrice du record du monde qui a préféré se concentrer sur le 50 m au cours de la semaine romaine, la Néerlandaise Marrit Steenbergen (53 sec 24) a remporté son premier titre européen en individuel, devant Bonnet (53.62) et la Britannique Freya Anderson (53.63).

Charlotte Bonnet à l'issue de sa demi-finale du 100 m libre à l'Euro, le 11 août 2022 à Rome

Charlotte Bonnet à l'issue de sa demi-finale du 100 m libre à l'Euro, le 11 août 2022 à Rome

Filippo MONTEFORTE - AFP

Pour la nageuse de 27 ans, c'est un "soulagement". "Cela fait hyper longtemps que je n'étais pas montée sur un podium", s'est réjouie Bonnet dont la dernière médaille individuelle dans un championnat international datait de 2018.

- Tomac, Ndoye Brouard et Wattel en finale -

"Emotionnellement je ne suis pas remise de tout ce que j'ai pu traverser ces 2-3 dernières années", a expliqué l'élève de Philippe Lucas, qui avait été déçue de ses performances aux Mondiaux de Budapest en juin. En Hongrie, elle n'avait pris que la sixième place de sa course fétiche, le 200 m nage libre, avant d'être éliminée en demi-finales du 100 m.

"Je suis super contente en six semaines d'avoir pu rebondir d'une compétition où c'était quand même un échec. Ca a été compliqué de me remettre dedans et là je suis médaillée d'argent. Oui, j'aurais aimé gagner et entendre La Marseillaise mais franchement je ne peux pas être trop gourmande, il faut que je m'en contente."

Dans les autres courses de la soirée, Marie Wattel s'est qualifiée pour la finale du 50 m papillon, tout comme Mewen Tomac et Yohann Ndoye Brouard sur 200 m dos. Après sa mésaventure l'an dernier aux JO de Tokyo où il avait heurté un mur dans un virage, Ndoye Brouard a de nouveau vécu un incident rarissime lorsque son cale-pied a cassé au départ de la course.

Pas de conséquence cette fois-ci puisqu'il a pu nager de nouveau en fin de soirée. Il disputera bien la finale samedi.

Par Diane FALCONER / Rome (AFP) / © 2022 AFP