single.php

Euro-2024/France: la revanche de Kolo Muani

C'est Kylian Mbappé qui porte un masque, mais le vengeur s'appelle Randal Kolo Muani, attaquant si décrié qui a pourtant délivré la France au bout d'un match pénible contre la Belgique (1-0), lundi à Düsseldorf en 8e de finale de l'Euro-2024.

OZAN KOSE - AFP

C'est Kylian Mbappé qui porte un masque, mais le vengeur s'appelle Randal Kolo Muani, attaquant si décrié qui a pourtant délivré la France au bout d'un match pénible contre la Belgique (1-0), lundi à Düsseldorf en 8e de finale de l'Euro-2024.

Il n'a pas marqué, le but a été attribué par l'UEFA au défenseur belge Jan Vertonghen, qui a dévié de la cuisse sa frappe, mais c'est bien le coup de rein du Parisien qui a sauvé les Bleus, chloroformés par les "Diables Rouges".

"RKM" a surgi au bout d'une des nombreuses séquences de passes à dix, devant la surface belge, qui jusqu'alors n'avaient pas produit grand-chose.

L'action a démarré par Théo Hernandez côté gauche, relayée par Antoine Griezmann, qui a décalé Jules Koundé dans la surface. Le défenseur a servi en retrait N'Golo Kanté, qui a lancé Kolo Muani vers le but.

"J'avais l'idée de frapper, elle est contrée, elle va au fond, je suis très, très content", a dit en zone mixte après la rencontre le gamin de Villepinte, héros des Bleus à Düsseldorf.

Il avait déjà marqué en demi-finale de Coupe du monde, contre le Maroc (2-0), son premier but en Bleu qui achevait les "Lions de l'Atlas", le premier ayant été marqué par Théo Hernandez.

- Deschamps l'a toujours défendu -

Randal Kolo Muani, au centre, a délivré les Bleus lundi en huitième de finale de l'Euro face à la Belgique en provoquant le seul but de la rencontre

Randal Kolo Muani, au centre, a délivré les Bleus lundi en huitième de finale de l'Euro face à la Belgique en provoquant le seul but de la rencontre

OZAN KOSE - AFP

Et bien sûr il reste le souvenir de sa balle de match en finale contre l'Argentine manquée face à "Dibu" Martinez, qui le hante toujours.

"Ça aurait pu changer ma vie. J'aurais préféré la mettre au fond", avait-il raconté à L'Equipe. "Je ne vais pas l'oublier, jamais..."

Avec ce but il a mis un peu de baume sur cette plaie. Entré à la 62e minute à la place d'un Marcus Thuram inefficace, il a parfaitement fêté sa 20e sélection (5 buts).

En rentrant, il fallait "continuer le travail de Thuram, couper les lignes avec le milieu défensif et ne pas sortir sur les défenseurs centraux", a-t-il encore expliqué.

Et il a rendu sa confiance à Didier Deschamps, qui l'a toujours défendu. Le sélectionneur est d'ailleurs venu lui glisser un mot à l'oreille sur la pelouse à la fin du match.

"Randal avait fait beaucoup de choses bien avant, j'ai confiance en lui, il le sait", a dit +DD+. "Si je le fais rentrer c'est parce que je pense qu'il a plus les caractéristiques pour poser des problèmes à l'adversaire et sa charnière pas très rapide".

Randal Kolo Muani en contrôle après son entrée en jeu contre la Belgique en huitièmes de finale de l'Euro à Düsseldorf, le 1er juillet 2024

Randal Kolo Muani en contrôle après son entrée en jeu contre la Belgique en huitièmes de finale de l'Euro à Düsseldorf, le 1er juillet 2024

FRANCK FIFE - AFP

"Randal a un environnement positif, il est en pleine confiance même si je ne l'ai pas beaucoup utilisé. Et si son caractère peut paraître désinvolte, l'extérieur n'a pas d'emprise sur lui. Il n'a pas le pied qui tremble, s'il doit frapper, il frappe", a ajouté l'entraîneur.

En novembre, Deschamps disait aux journalistes: "Ah vous ne l'aimez pas Kolo... Vous êtes trop sévères avec lui. Moi je l'aime peut-être trop, mais vous ne l'aimez pas assez".

Quelques jours après, Kolo Muani avait marqué son deuxième but en Bleu contre la Grèce (2-2), à Athènes. Il avait enchaîné avec une série de trois buts en quatre matches, scorant à nouveau contre le Chili (3-2) en mars et le Luxembourg (3-0) en juin.

Les Bleus lui faisaient des vacances après le calvaire de son année au Paris SG, où il a peu joué. "Cela a été une saison très compliquée, je n'ai jamais connu autant de difficultés depuis que je joue", admettait-il avant l'Euro.

La rédemption se poursuit.

Par Emmanuel BARRANGUET / Düsseldorf (Allemagne) (AFP) / © 2024 AFP

L'info en continu
17H
16H
15H
14H
13H
12H
09H
08H
21H
20H
19H
18H
Revenir
au direct

À Suivre
/