C1: L'OM renverse le Sporting et reste dans les temps pour la qualification

Marseille peut y croire encore ! Malgré l'absence de son public, l'OM s'est relancé mardi en Ligue des champions en battant le Sporting Portugal 4-1 mardi, bien aidé par le gardien adverse Antonio Adan, auteur d'une invraisemblable série d'erreurs.

NICOLAS TUCAT - AFP

Marseille peut y croire encore ! Malgré l'absence de son public, l'OM s'est relancé mardi en Ligue des champions en battant le Sporting Portugal 4-1 mardi, bien aidé par le gardien adverse Antonio Adan, auteur d'une invraisemblable série d'erreurs.

Battu à Londres par Tottenham (2-0) puis à domicile par Francfort, l'OM avait très mal débuté son parcours dans la poule D et s'est présenté mardi face au Sporting alourdi par son accablant bilan de 16 défaites lors de ses 17 derniers matches de C1.

Mais le seul succès de cette vilaine série, une victoire 2-1 contre l'Olympiakos en 2020, a désormais un successeur et les Marseillais, qui iront à Lisbonne la semaine prochaine pour le match retour, ont retrouvé quelques raisons de croire à une qualification pour les 8e de finale.

Dans un Vélodrome désert car sanctionné d'un huis-clos total après les incidents du match contre Francfort, ils avaient pourtant pris les choses dans le mauvais sens.

Bloqué par le trafic routier marseillais, le Sporting est arrivé en retard au stade et le début du match a dû être repoussé d'une vingtaine de minutes, au grand agacement d'Igor Tudor, qui est venu demander des explications à l'arbitre alors que ses joueurs patientaient dans le tunnel depuis plusieurs minutes.

- le festival d'Adan -

Les Portugais étaient en retard pour le match, mais les Marseillais ont eux été en retard après le coup d'envoi et c'est bien plus embêtant.

Après seulement 51 secondes, le Sporting menait en effet au score grâce à l'ailier Trincao, auteur d'une belle frappe dans le petit filet après n'avoir été gêné ni par Nuno Tavares, ni par Leonardo Balerdi, ni par Jordan Veretout.

Tout était alors réuni pour une nouvelle catastrophe européenne et il a fallu à la 9e minute un bel arrêt de Pau Lopez face à Marcus Edwards pour maintenir l'OM en vie. Ensuite, Antonio Adan est entré en piste et il s'est occupé de presque tout.

Le Chilien Alex Sanchez, buteur contre le Sporting Porugal lors de la 3e journée de la Ligue des champions à Marseille.

Le Chilien Alex Sanchez, buteur contre le Sporting Porugal lors de la 3e journée de la Ligue des champions à Marseille.

NICOLAS TUCAT - AFP

Le gardien espagnol a d'abord dégagé un ballon anodin sur le pied d'Alexis Sanchez, férocement venu au pressing pour relancer le match (1-1, 13e). Pas très beau, le but du Chilien, le premier de l'OM dans le jeu en Ligue des Champions depuis... 2013 et une réalisation de Souleymane Diawara, a en effet pesé très lourd.

Car sur un tir mal repoussé par Adan, Sanchez a ensuite très vite marqué un nouveau but, annulé pour hors-jeu. Sur le coup franc suivant, le gardien espagnol a directement relancé sur Mattéo Guendouzi et deux passes plus tard, l'OM avait pris l'avantage, Amine Harit reprenant de la tête l'impeccable centre de Jonathan Clauss (2-1, 16e).

- "Aux Armes" -

Mais le gardien du Sporting n'avait pas encore fini de tout faire à l'envers et, à la 23e minute, il a conclu son chef d'oeuvre par une main grossière en dehors de la surface, valant carton rouge indiscutable.

Devant au score et à 11 contre 10, l'OM a tranquillement enfoncé le clou avec un troisième but signé Balerdi de la tête sur corner (28e), juste avant l'une des rares mauvaises nouvelles de la soirée, la blessure de Clauss.

Alors que son calendrier reste extrêmement dense, avec dès samedi la réception d'Ajaccio qui doit lui permettre de consolider sa place en haut de tableau de Ligue 1, l'OM n'a ensuite pas forcé son talent ni brûlé trop d'énergie.

Le défenseur de Marseille Chancel Mbemba lors de la 3e journée de la Ligue des champions mardi à Marseille.

Le défenseur de Marseille Chancel Mbemba lors de la 3e journée de la Ligue des champions mardi à Marseille.

NICOLAS TUCAT - AFP

La deuxième période a ainsi été sans histoire ni étincelle, Marseille se contentant jusqu'au but de Mbemba (4-1, 84e) de gérer son avantage et Tudor les temps de jeu des uns et des autres.

Mal commencée, la soirée du Croate s'est donc très bien terminée, avec même dans les derniers instants un fier "Aux Armes" lancé par la poignée d'invités et d'accrédités autorisés au-dessus de son banc de touche.

AFP / Marseille (AFP) / © 2022 AFP