Biathlon: Fillon Maillet encore poussif, Boe déjà en forme

Comme lors de la course d'ouverture de la Coupe du monde de biathlon, Quentin Fillon Maillet s'est péniblement maintenu dans le top 15 du premier sprint de la saison, dominé par son rival N.1 Johannes Boe, samedi à Kontiolahti (Finlande).

Vesa Moilanen - Lehtikuva/AFP

Comme lors de la course d'ouverture de la Coupe du monde de biathlon, Quentin Fillon Maillet s'est péniblement maintenu dans le top 15 du premier sprint de la saison, dominé par son rival N.1 Johannes Boe, samedi à Kontiolahti (Finlande).

Quinzième de la première course de l'hiver mardi, un individuel de 20 km, le quintuple médaillé olympique de Pékin et tenant du gros globe de cristal s'est cette fois classé quatorzième du sprint, relégué à plus d'1 min 15 sec du Norvégien (1:16.3 précisément), quand tous les deux ont manqué une cible sur le pas de tir. Ce qui confirme ses sérieuses difficultés du moment à skis.

"Je ne m'attendais pas à gagner une minute à skis du jour au lendemain et à concurrencer Johannes" mais "c'est sûr que je suis déçu parce que j'ai donné mon maximum", reconnaît "QFM" dans le vif froid nordique (-6 degrés samedi).

"Je ne suis pas surpris par l'état de forme mais déçu de ne pas jouer devant. J'espère que ça va venir car l'année dernière, avec 9/10 (au tir), je pouvais espérer une victoire. Là, je suis loin du podium, s'impatiente-t-il. Quand on joue le globe de cristal, ça fait des points de perdus..."

C'est justement avec le dossard jaune de leader du classement général sur le dos que Boe s'élancera dimanche en tête de la poursuite, dernière course de la semaine finlandaise.

- "Pas perdu ma forme en un été" -

Aucun doute côté norvégien : lui est déjà très en forme. Décevant douzième de l'individuel mardi, il s'est offert sa première victoire individuelle de la saison au bout des 10 km du sprint. Malgré un tour de pénalité, il a devancé son compatriote Sturla Laegreid, de 10 sec 5/10e, et l'Allemand Roman Rees (+28.8), tous deux auteurs d'un sans-faute.

Le Norvégien Johannes Thingnes Bo, vainqueur du sprint de biathlon à Kontiolahti en Finlande le 3 décembre 2022.

Le Norvégien Johannes Thingnes Bo, vainqueur du sprint de biathlon à Kontiolahti en Finlande le 3 décembre 2022.

Vesa Moilanen - Lehtikuva/AFP

"Il faut être patient, estime Fillon Maillet. Je n'ai pas perdu ma forme en un été. A un moment, le travail va payer."

"Ma préparation s'est bien passée. Je ne pense pas avoir fait d'erreurs. Il y a eu d'autres problématiques par rapport à mon nouveau statut mais ça n'a pas été une contrainte à ma prépa, poursuit-il. Je reste +focus+ sur la suite en attendant une meilleure forme et des profils de piste qui me conviennent mieux."

Au-delà du cas "QFM", le biathlon français, qui a habitué à jouer les premiers rôles, n'est pas monté sur le podium des quatre premières courses individuelles de la saison (deux masculines et deux féminines).

"On voit des athlètes déjà très affûtés, je pense à (Sebastian) Samuelsson, Sturla (Laegreid), Johannes (Boe). Les Français, on est plus du genre à monter en puissance, surtout dès qu'on retrouve un peu d'altitude", comme à Hochfilzen (Autriche) et au Grand-Bornand (Haute-Savoie) les deux prochaines semaines, compare Emilien Jacquelin.

- "Faire le dos rond" -

Cinquième à moins de 40 secondes de Boe samedi, avec une faute au tir, et en embuscade avant la poursuite, Jacquelin a nettement mieux tenu le choc que Fillon Maillet sur la piste mais tient un discours qui fait écho au sien : "Je sens que je n'ai pas encore mes qualités d'explosivité, que musculairement je suis assez limité et que je serais incapable de placer une accélération. Il faut prendre son mal en patience et attendre que les sensations soient meilleures."

Le Norvégien Sturla Holm Laegreid qui a fini deuxième de l'épreuve de sprint en biathlon à Kontiolahti en Finlande le 3 décembre 2022

Le Norvégien Sturla Holm Laegreid qui a fini deuxième de l'épreuve de sprint en biathlon à Kontiolahti en Finlande le 3 décembre 2022

Vesa Moilanen - Lehtikuva/AFP

"Il faut faire le dos rond. Et ne pas chercher non plus midi à quatorze heures, abonde Fabien Claude, 15e dans la même seconde que "QFM" samedi. Il y a eu trois courses (relais inclus), il y en aura à la pelle. Il faut garder le cap."

Dans le sprint féminin gagné par l'Autrichienne Lisa Theresa Hauser (10/10), la meilleure Française, Julia Simon, s'est classée 16e après deux cibles manquées debout. Mais ses 46 sec 2/10e de retard au départ de la poursuite dimanche ne semblent pas rédhibitoires. Anaïs Chevalier-Bouchet, 25e, pénalisée par deux fautes dès son tir couché, est elle la première juste au-dessus de la minute.

La poursuite masculine est programmée à 12h15, et la féminine à 14h15.

"Je sais que je ne vais pas révolutionner les choses", anticipe Fillon Maillet, mais "j'espère que me retrouver en confrontation (directe) me permettra d'élever mon niveau à skis."

Par Elodie SOINARD / Kontiolahti (Finlande) (AFP) / © 2022 AFP