single.php

Athlétisme: Coleman sacré sur 60 mètres, Lyles perd son pari aux Mondiaux en salle

Le recordman du monde de la distance face au triple champion du monde en titre l'été dernier: le duel le plus attendu des championnats du monde d'athlétisme en salle a tourné vendredi soir à Glasgow à l'avantage de l'Américain Christian Coleman, vainqueur du 60 mètres juste devant son compatriote Noah Lyles.

Ben Stansall - AFP

Le recordman du monde de la distance face au triple champion du monde en titre l'été dernier: le duel le plus attendu des championnats du monde d'athlétisme en salle a tourné vendredi soir à Glasgow à l'avantage de l'Américain Christian Coleman, vainqueur du 60 mètres juste devant son compatriote Noah Lyles.

Avec ce nouveau titre, Coleman signe son grand retour sur la scène internationale, lui qui n'avait plus gagné avec le maillot "USA" sur les épaules depuis sa victoire sur 100 mètres aux Mondiaux de 2019 et sa suspension de 18 mois l'année suivante pour des manquements à ses obligations antidopage.

L'Américain de 27 ans, recordman du monde du 60 mètres depuis 2018, année de son premier titre mondial en salle, avait fait forte impression dès les séries (6,49 en relâchant complètement dans les derniers mètres) avant d'égaler le meilleur chrono de l'hiver en demi-finale (6,43 sec).

Comme à son habitude, Coleman a jailli des "starts" en finale et n'a jamais pu être rattrapé par son grand rival Noah Lyles. Il a finalement coupé la ligne en 6,41 sec (meilleure performance mondiale), trois centièmes de mieux que Lyles deuxième. Le Jamaïcain Ackeem Blake complète le podium (6,46 sec).

"J'étais très confiant et je me suis concentré pour faire ce que je faisais à l'entraînement et j'ai gagné", a réagi Christian Coleman. "J'ai hâte d'être en été, j'ai encore plein de choses à travailler."

Juste derrière lui, Noah Lyles perd son pari et devra donc se contenter de la médaille d'argent, lui qui rêvait d'or pour ses premiers championnats du monde en salle et qui veut réaliser aux Jeux de Paris une razzia similaire à celle des Mondiaux de Budapest l'été dernier (trois titres sur 100, 200 et 4x100 m).

Contrairement aux championnats des Etats-Unis mi-février, quand Lyles avait réussi à rattraper Coleman sur le fil pour s'offrir le titre national, le natif de Gainesville pourtant pas trop distancé au départ n'a pas réussi vendredi soir à faire la différence dans les derniers mètres.

"Je ne peux pas dire que je sois satisfait de la place mais je ne peux pas ne pas être satisfait du chrono: 6,44, mon deuxième chrono en carrière et cet hiver", a réagi en zone mixte l'Américain de 26 ans, qui a considérablement amélioré ses départs pour exploser son record personnel (6,43 sec) sur la distance cette saison.

"Les gens disaient que je n'étais pas un coureur de 60 mais quand je vois les athlètes que je bats, je me dis qu'ils n'ont vraiment aucune chance cet été", a-t-il encore lancé.

- Bol et Warholm en croisière -

La Néerlandaise Femke Bol lors des séries du 400 m des Mondiaux en salle, le 1er mars 2024 à Glasgow

La Néerlandaise Femke Bol lors des séries du 400 m des Mondiaux en salle, le 1er mars 2024 à Glasgow

Ben Stansall - AFP

Le reste de la première journée de ces Mondiaux en salle a été marqué par la victoire à la hauteur de l'Australienne Nicola Olyslagers, qui a décroché son premier titre international en effaçant à son ultime essai 1,97 m, une barre que l'Ukrainienne championne du monde en titre Yaroslava Mahuchikh n'a pas réussi à franchir.

Grand favori au poids, le recormdan du monde américain Ryan Crouser a remporté le concours avec un jet à 22,77 m tandis qu'au pentathlon, le titre est revenu à la Belge Noor Vidts.

Sur 400 mètres, la recordwoman du monde Femke Bol s'est facilement qualifiée pour sa finale samedi en remportant sa demi-finale, tout comme le Norvégien Karsten Warholm, lui aussi favori sur la distance chez les hommes.

- "Que du kiff" pour Agathe Guillemot -

Du côté des Français, Agathe Guillemot a fait forte impression en remportant avec la manière sa série sur 1500 mètres.

"On savait que pour viser la finale il fallait viser la gagne et ça permet de montrer aux adversaires que je suis présente et ça me donne de la confiance", a réagi la Française, fraîchement détentrice du record de France en salle et en progression constante depuis la saison dernière.

"Franchement je visais le top 8 (à Glasgow) mais je crois que que cette course m'a mis des étoiles dans les yeux... donc +no limit+ pour la finale (dimanche)", a-t-elle ajouté. "C'est que du kiff et avec du kiff on peut aller loin."

Jeff Erius (60 m) et Amandine Brossier (400 m) ont par contre été éliminés après leur demi-finale.

La compétition se poursuit samedi avec, entre autres, les finales du 400 mètres, du 3000 mètres et du 60 mètres haies hommes.

Par Valentine GRAVELEAU / Glasgow (AFP) / © 2024 AFP

L'info en continu
17H
16H
14H
13H
12H
11H
09H
07H
23H
Revenir
au direct

À Suivre
/