Allemagne: Leipzig se sépare de son entraîneur Jesse Marsch

Le club allemand de Leipzig a annoncé dimanche s'être séparé de son entraîneur américain Jesse Marsch, après un début de saison très décevant tant en championnat qu'en Ligue des champions, dont il est éliminé avant même son dernier match mardi, largement distancé par le Paris SG et Manchester City.

Ronny Hartmann - AFP/Archives

Le club allemand de Leipzig a annoncé dimanche s'être séparé de son entraîneur américain Jesse Marsch, après un début de saison très décevant tant en championnat qu'en Ligue des champions, dont il est éliminé avant même son dernier match mardi, largement distancé par le Paris SG et Manchester City.

"Le RB Leipzig et Jesse Marsch se sont mis d'accord pour mettre fin à leur collaboration avec effet immédiat", a annoncé le club saxon sur Twitter.

C'est l'entraîneur-adjoint Achim Beierlorzer qui va dans l'immédiat assurer l'intérim, notamment pour la réception de Manchester City, dernière rencontre de poule de Ligue des champions.

Ce match comporte encore un enjeu pour le demi-finaliste de l'édition 2020 : être reversé en Ligue Europa en s'assurant de la troisième place de groupe que lui dispute le FC Bruges.

"Nous présenterons le remplaçant de Marsch rapidement", a précisé le club.

Cette décision fait suite à une nouvelle défaite en Bundesliga de Leipzig, vendredi soir, contre Union Berlin (2-1), reléguant la formation à la onzième place seulement, à seize points du leader, le Bayern Munich.

"Nous avons livré une prestation catastrophique", avait fulminé après la rencontre Oliver Mintzlaff, le président du RB. "Nous devons analyser la situation et réfléchir à ce que nous devons faire, y compris avec l'entraîneur" Jesse Marsch, avait-il ajouté, en ouvrant alors clairement la voie à un limogeage.

- Coup d'arrêt -

L'entraîneur américain de Leipzig Jesse Marsch à Sinsheim, Allemagne, le 20 novembre 2021

L'entraîneur américain de Leipzig Jesse Marsch à Sinsheim, Allemagne, le 20 novembre 2021

Daniel ROLAND - AFP/Archives

Pour Jesse Marsch, il s'agit à 48 ans d'un coup d'arrêt dans une carrière d'entraîneur qui s'annonçait prometteuse.

L'ancien milieu défensif professionnel de MLS, le championnat de football nord-américain, était arrivé l'été dernier du club autrichien de Salzbourg, propriété - comme Leipzig - du géant Red Bull, où il avait fait des merveilles.

Jesse Marsch est un pur produit de "l'écurie Red Bull" façonnée en son temps par Ralf Rangnick. Considéré comme un des maîtres à penser parmi les techniciens allemands, Rangnick reste l'architecte de l'aventure du RB Leipzig, le navire amiral de la flotte Red Bull. Après trois saisons à la tête des New York Red Bulls, Marsch fut d'ailleurs en 2018-2019, l'adjoint de Rangnick à Leipzig.

La philosophie de Jesse Marsch et de Red Bull : pression, transitions ultra-rapides, attaques directes et verticales, sans souci de possession. Un style très exigeant physiquement comme mentalement, et qui n'autorise guère les baisses de régime.

Jusqu'à présent, les clubs du groupe ont toujours été de formidables tremplins pour les jeunes entraîneurs. Marco Rose et Julian Nagelsmann sont assis aujourd'hui respectivement sur les bancs de Dortmund et du Bayern Munich, les deux premiers du championnat allemand.

Et l'Allemand Matthias Jaissle, 33 ans, entraîne aujourd'hui Salzbourg, deuxième - derrière Lille - de son groupe qualificatif en Ligue des Champions et donc bien placé pour se qualifier au tour suivant.

Le RB Leipzig, naguère sensation et force émergente de la Bundesliga, n'est cette saison que l'ombre de lui-même depuis le départ de son jeune entraîneur Julian Nagelsmann, au cours de l'inter-saison, pour Munich.

Jusqu'à aujourd'hui, le RB n'avait jamais limogé un entraîneur depuis son accession en Bundesliga en 2016.

Actuellement en quarantaine pour cause de Covid-19, Jesse Marsch s'était exprimé jeudi par vidéo : "j'ai certainement commis des erreurs", reconnaissait-il. "Je sais qu'il y a des questions sur mon travail, et c'est normal."

Par Yacine LE FORESTIER / Berlin (AFP) / © 2021 AFP