single.php

Champions Cup: "une finale de rêve si on a la chance de gagner à la fin", prévient Ntamack

La finale de Champions Cup samedi à Londres entre Toulouse et le Leinster "fait saliver tout le monde", reconnaît dans un entretien avec l'AFP Romain Ntamack, qui met toutefois en garde: "Ce sera une finale de rêve si on a la chance de gagner à la fin".

Valentine CHAPUIS - AFP

La finale de Champions Cup samedi à Londres entre Toulouse et le Leinster "fait saliver tout le monde", reconnaît dans un entretien avec l'AFP Romain Ntamack, qui met toutefois en garde: "Ce sera une finale de rêve si on a la chance de gagner à la fin".

QUESTION: Peut-on parler de finale de rêve?

REPONSE: "Ca sera une finale de rêve si on a la chance de gagner à la fin. Mais c'est vrai que jouer une finale contre le Leinster, qui est après nous la deuxième équipe la plus titrée d'Europe, fait saliver tout le monde. Le Leinster ne nous réussit pas vraiment depuis quelques années (trois défaites en demi-finale en 2019, 2022 et 2023). On aura ces matches en tête. On va les analyser et essayer de s'appuyer sur tout ce qui n'a pas marché pour faire meilleure figure cette fois".

Q: Votre manager Ugo Mola a dit récemment que votre génération n'avait pas encore autant marqué l'histoire du club que certaines de ses devancières. Partagez-vous ce sentiment?

R: "On commence à la marquer petit à petit. Cette génération a envie de tout gagner, tout le temps. On s'en donne les moyens chaque saison et c'est vrai qu'il faut qu'on arrive à concrétiser tous les efforts accomplis (...) On aime tous ce club, on a été élevés ici pour la plupart, et on va tout faire pour continuer à le faire grandir".

Q: Comment jugez-vous justement votre évolution sur les dernières années?

R: "Le groupe n'a pas beaucoup changé dans l'ensemble depuis six-sept ans. La plupart des cadres sont toujours là. Vivre de grands moments, comme des finales de Top 14 ou des demi-finales, même si elles sont perdues, nous fait gagner en expérience. On arrive à aborder plus sereinement ce genre de matches couperets. Et on arrive à trouver des ressources qu'on n'aurait peut-être pas eues avant".

Romain Ntamack au milieu de ses coéquipiers en huitième de finale de Champions Cup face au Racing 92, le 7 avril 2024 à Toulouse

Romain Ntamack au milieu de ses coéquipiers en huitième de finale de Champions Cup face au Racing 92, le 7 avril 2024 à Toulouse

Lionel BONAVENTURE - AFP

Q: Le Stade toulousain dégage depuis le début de cette Champions Cup une forme de plénitude. Ressentez-vous la même chose?

R: "Il y a une vraie osmose, une vraie complicité entre les joueurs, que ce soit sur le terrain ou en dehors. Chaque joueur a envie de faire les efforts pour son camarade. Tout le monde se tire vers le haut aux entraînements, tout le monde a la banane. C'est toujours plus facile quand les résultats suivent. C'est vrai qu'on dégage quelque chose qui fait qu'on est sûrs de notre force. Même si je pense qu'on peut encore bien mieux faire".

Q: Que ressentez-vous sur le terrain quand tout vous sourit, comme en première mi-temps de la demi-finale contre les Harlequins (38-26)?

R: "On joue une demi-finale de Coupe d'Europe, on pourrait être un peu pris par la pression, par l'enjeu, mais le discours toute la semaine est de se faire plaisir. C'est vraiment le maître mot qui nous anime chaque saison. Et quand on arrive à se faire plaisir sur le terrain, on se trouve les yeux fermés. On se fait plaisir aussi sur des grosses séquences défensives, des séquences difficiles dont on sort la tête haute".

Q: Où situez-vous le titre européen de 2021 dans votre palmarès?

R: "Je mets tous les titres au même niveau. Ca reste des finales gagnées, des trophées soulevés. Cette finale européenne était ma première, toutes compétitions confondues, en tant que titulaire. On est allés la chercher dans un match assez accroché face à La Rochelle. C'est un souvenir exceptionnel, le premier titre européen de notre génération. On l'avait fêté comme il se doit".

Antoine Dupont (g.) transmet la flamme olympique à son coéquipier Romain Ntamack (d.) lors du relais de la flamme au stade Ernest-Wallon à Toulouse, le 17 mai 2024

Antoine Dupont (g.) transmet la flamme olympique à son coéquipier Romain Ntamack (d.) lors du relais de la flamme au stade Ernest-Wallon à Toulouse, le 17 mai 2024

Valentine CHAPUIS - AFP

Q: Un nouveau sacre en Champions Cup effacerait-il la déception de ne pas avoir pu participer à la dernière Coupe du monde en France à cause de votre blessure à un genou?

R: "Je l'ai déjà bien effacée, c'est derrière moi. Qu'il y ait victoire ou défaite en finale, ça n'effacera rien de ce que j'ai vécu lors de ma blessure. J'ai essayé d'en tirer tout le positif et j'essaie encore de le faire chaque jour. Je me projette vers l'avant".

Q: Vous attendiez-vous à revenir aussi vite à ce niveau?

R: "Peut-être pas aussi rapidement. Je ne m'étais pas forcément mis d'objectif sur le temps de jeu ou d'être titulaire sur les matches qui comptent. Tout le travail effectué pendant ma rééducation -- j'ai bien mangé mon pain noir pendant plusieurs mois -- paie aujourd'hui. Ca me fait plaisir, je suis satisfait de mes prestations, même si je pense que je peux encore faire bien mieux".

Propos recueillis par Sébastien DUVAL

AFP / Toulouse (AFP) / © 2024 AFP

L'info en continu
15H
14H
13H
11H
09H
Revenir
au direct

À Suivre
/