single.php

Champions Cup: Toulouse roi d'Europe et du suspense

La force était avec Toulouse, vainqueur après prolongation, grâce à une énorme défense, de sa guerre des étoiles contre le Leinster (31-22) samedi à Londres et désormais encore un peu plus seul, avec six Champions Cup, au firmament du rugby européen.

Glyn KIRK - AFP

La force était avec Toulouse, vainqueur après prolongation, grâce à une énorme défense, de sa guerre des étoiles contre le Leinster (31-22) samedi à Londres et désormais encore un peu plus seul, avec six Champions Cup, au firmament du rugby européen.

Il y a quelques semaines, Ugo Mola, habile communicant, avait piqué l'orgueil de ses joueurs en disant que l'actuelle génération toulousaine n'avait pas encore autant marqué l'histoire du club que certaines de ses devancières.

Il lui faudra trouver d'autres ressorts psychologiques à l'avenir tant Antoine Dupont et ses coéquipiers sont en train d'instaurer une hégémonie sans doute amenée à durer un peu de temps encore.

Une sixième étoile ornera bientôt leur maillot rouge et noir après celles décrochées en 1996, 2003, 2005, 2010 et 2021. Ce qui fait deux de plus que sur celui du Leinster, battu pour la troisième année consécutive en finale.

Après avoir déjà plié deux fois d'un rien face à La Rochelle, la province irlandaise, principale pourvoyeuse du XV du Trèfle, a encore pris une leçon de réalisme français.

Impressionnants offensivement depuis le début de la compétition, avec plus de six essais et 40 points par match en moyenne, les Toulousains ont construit très différemment leur succès en finale.

- Aucun essai en 80 minutes -

Héroïques, solidaires, les coéquipiers de François Cros, Jack Willis et autres découpeurs en chef, dominés en mêlée et sous les ballons hauts, ont tenu pendant 80 minutes irrespirables face aux déferlantes bleues.

"On pensait qu'on pouvait les faire plier et beaucoup de monde l'a sans doute senti dans le stade. Mais ils n'ont pas lâché et on peut les féliciter", a salué, beau joueur, le manager irlandais Leo Cullen.

L'ailier de Toulouse Matthis Lebel inscrit un essai lors des prolongations en finale de la Champions Cup contre le Leinster, le 25 mai 2024 à Londres.

L'ailier de Toulouse Matthis Lebel inscrit un essai lors des prolongations en finale de la Champions Cup contre le Leinster, le 25 mai 2024 à Londres.

Glyn KIRK - AFP

Ses joueurs se sont heurtés à un mur de briques toulousaines tout au long d'un match tant attendu entre les deux géants d'Europe, mais qui n'aura finalement pas accouché d'un seul essai dans le temps réglementaire.

Tous les points ont été inscrits au pied -- par Blair Kinghorn (12) et Thomas Ramos (3) d'un côté et Ross Byrne (12) et Ciaran Frawley (3) de l'autre --, ce qui n'a pas empêché d'assister à un sommet d'intensité.

Longtemps sur la brèche dans un Tottenham Hotspur Stadium largement acquis à la cause irlandaise, les champions de France en titre n'ont vraiment pris le dessus que quelques minutes en prolongation après le carton jaune de l'ailier James Lowe, coupable d'un en-avant volontaire (82e).

Ils ont immédiatement profité de leur supériorité numérique pour décaler sur l'aile gauche Matthis Lebel (83e), auteur de son sixième essai cette saison en Champions Cup, dont il termine co-meilleur marqueur avec Lowe et le Girondin Louis Bielle-Biarrey.

On pensait après une pénalité de Ramos (25-15, 89e) que le plus dur était fait, mais l'expulsion de Richie Arnold (90e), pour un déblayage dangereux sur le pilier adverse Cian Healy, a remis les Leinstermen dans le match.

- Troisième victoire après prolongation -

Le meilleur joueur mondial 2022 Josh van der Flier, remplaçant de luxe, a rajouté, en force, une pièce dans la boîte à suspense (25-22, 90e+3). Et le Stade toulousain a été contraint de tenir dix minutes de plus au courage.

Le demi de mêlée de Toulouse Antoine Dupont lors de la finale de Champions Cup contre le Leinster, le 25 mai 2024 à Londres.

Le demi de mêlée de Toulouse Antoine Dupont lors de la finale de Champions Cup contre le Leinster, le 25 mai 2024 à Londres.

Adrian DENNIS - AFP

Ramos, lui aussi sorti du banc, a ajouté deux pénalités pour permettre à son club de s'imposer pour la troisième fois de son histoire à l'issue d'une prolongation après 1996 (21-18 contre Cardiff) et 2005 (18-12 contre le Stade français).

"Je n'ai pas le souvenir d'avoir fait un match défensif comme ça. Ça a été remarquable de solidarité", a savouré l'ouvreur international Romain Ntamack.

La Champions Cup reste une propriété française pour la quatrième année consécutive, ce qui est aussi le signe de la bonne santé du rugby de clubs dans le pays, avec un Top 14 toujours plus attractif et compétitif.

Toulouse est déjà quasiment assuré d'en disputer les demi-finales le mois prochain, mais son état-major avait décidé avant même de partir pour Londres de ne pas organiser de célébrations en cas de sacre européen.

Comme si la fête ne serait pas tout à fait complète sur la place du Capitole sans un doublé Champions Cup-championnat. Cette génération gloutonne l'avait déjà réalisé en 2021 et on voit mal à ce niveau-là qui pourrait l'empêcher de récidiver.

Par Sébastien DUVAL / Londres (AFP) / © 2024 AFP

L'info en continu
04H
23H
22H
21H
20H
19H
18H
17H
Revenir
au direct

À Suivre
/