single.php

Champions Cup: Alldritt voulait "mieux se régénérer pour revenir plus fort"

Sa pause de deux mois après la Coupe du monde avec les Bleus était pour le troisième ligne et capitaine de La Rochelle Grégory Alldritt "un travail sur l'avenir", dit-il dans un entretien à l'AFP avant la réception décisive de Leicester dimanche en Champions Cup.

XAVIER LEOTY - AFP

Sa pause de deux mois après la Coupe du monde avec les Bleus était pour le troisième ligne et capitaine de La Rochelle Grégory Alldritt "un travail sur l'avenir", dit-il dans un entretien à l'AFP avant la réception décisive de Leicester dimanche en Champions Cup.

QUESTION: Comment se sont passées vos longues vacances, pas si fréquentes dans le milieu?

REPONSE: "Elles m'ont fait beaucoup de bien. Redescendre dans le Sud (il est originaire du Gers), aller au mariage de mon frère en Ecosse... Ce sont des choses qui sont importantes pour moi et que je n'arrive pas forcément à faire en temps normal. Pour ce qui est de la pêche, j'ai laissé la canne au garage avec le mauvais temps. Je n'ai pas eu de chance sur ce coup-là. Mais j'ai fait d'autres sports, notamment beaucoup de golf, du padel ou des footings en bord de mer. Des choses que je n'ai pas l'habitude de faire."

Q: Peut-on totalement couper avec le rugby?

R: "Ça dépend. Tout le côté stratégie, on le met de côté. En revanche, j'ai regardé tous les matches et j'étais comme un fou devant. Il y avait beaucoup de frustration. Les deux ou trois premières semaines (après la Coupe du monde), j'ai totalement coupé avec le sport. J'ai dû rapidement reprendre ensuite car j'ai une morphologie qui ne me permet pas de pouvoir trop m'écarter. J'ai tendance à vite prendre du poids (sourire)."

Q: Etait-ce une nécessité ou une volonté?

R: "J'aurais pu jouer au rugby en novembre ou en décembre, mais j'avais cette volonté parce que la saison est longue, il reste encore cinq mois. Physiquement, je sentais que j'avais besoin de récupérer. Donc c'était un petit peu des deux. Si c'était à refaire, je le referais. C'est un travail sur l'avenir, pour revenir encore plus fort par la suite. L'objectif était de mieux se régénérer pour mieux revenir."

Q: Votre retour a coïncidé avec deux victoires en Top 14. Place désormais à la Champions Cup, dans laquelle le Stade rochelais, double tenant du titre, a mal démarré...

R: "Hormis les deux premiers matches perdus dans cette compétition, je trouve que nous sommes plutôt similaires aux années précédentes. Toute l'équipe est déçue de ne pas avoir gagné au moins l'un de ces deux matches. On est encore en course. Il faut que l'on continue à progresser et à +performer+ dans la lignée des 15 derniers jours. Il faut qu'on gagne ce week-end (contre Leicester) et qu'on donne de nouveau du plaisir à notre public."

Q: Avez-vous également le XV de France à l'esprit à l'approche du Tournoi des six nations?

R: "J'ai gardé contact avec William Servat (entraîneur des avants tricolores), qui me fait des retours sur les matches. Il me semble que la liste (pour le Tournoi) sort la semaine prochaine, donc on va attendre. J'espère que ma coupure ne changera pas grand-chose. J'avais déjà parlé de mon choix au staff et il l'avait parfaitement compris donc je ne pense pas qu'il y aura un souci. On a un Tournoi avec trois réceptions qui est, dans ce genre de configuration, propice pour l'emporter. Même si ça ne sera pas facile, loin de là."

Q: Quels sont vos objectifs pour 2024?

Gregory Alldritt à l'issue du quart de finale de Coupe du monde perdu par la France face à l'Afrique du Sud le 15 octobre 2023 au Stade de France. "2023 a été une année forte en émotions. D'abord avec le deuxième titre de champion d'Europe pour le Stade rochelais. Ensuite, une Coupe du monde en France, même si c'est une défaite en quart de finale. Ç'a été des émotions incroyables, avec un soutien populaire inouï", dit le troisième ligne rochelais

Anne-Christine POUJOULAT - AFP/Archives

R: "2023 a été une année forte en émotions. D'abord avec le deuxième titre de champion d'Europe pour le Stade rochelais. Ensuite, une Coupe du monde en France, même si c'est une défaite en quart de finale. Ç'a été des émotions incroyables, avec un soutien populaire inouï. Pour 2024, je veux continuer à gagner des titres. Lorsque l'on y goûte, on ne veut que y revenir. Je veux remplir l'armoire à trophées au maximum. Et pour cela, il faut que je continue à progresser pour toujours apporter plus à l'équipe. Progresser sur le terrain, mais aussi mentalement. Il ne faut jamais se croire arrivé à son meilleur niveau, sinon je pense que c'est le début de la descente. Je me dis donc que j'ai toujours de quoi faire pour m'améliorer."

Propos recueillis par Corentin COUSIN

AFP / La Rochelle (AFP) / © 2024 AFP

L'info en continu
17H
15H
14H
13H
12H
11H
10H
09H
Revenir
au direct

À Suivre
/