• Deschamps, l'homme idoine

    Soumis par MathieuDH le Vendredi 13 juillet 2018 à 10:34
    Inscription
    Editorialiste
    Connexion Sport

    À 48h du match de leur vie, les Bleus se préparent dans l'intimité d'Istra (Russie), sous la houlette de Deschamps qui, peu importe le résultat de la finale, aura géré cette compétition magistralement.

    La France se prépare pour la grande finale. Si certains joueurs ont été laissés au repos lors des dernières séances d'entraînement, il n'y a pas d'inquiétudes à avoir. C'est tout à fait normal car on se concentre désormais sur la récupération et la régénération. Il n'y a plus de place pour s'entraîner, pour s'athlétiser. Il sont tous prêts. Maintenant, c'est du travail psychologique qui va démarrer sous la conduite de notre extraordinaire sélectionneur Didier Deschamps.

    "Deschamps incarne la réussite et, par voie de conséquence, est jalousé"

    J'aimerais le mettre en valeur, pour faire un pied de nez à tous ces fameux consultants et anciens joueurs prestigieux - et surtout pas entraîneurs ou sélectionneurs - qui considéraient, il y a peu de temps, que Didier Deschamps était bon à jeter aux orties. Je l'ai toujours défendu parce que je trouve que c'est l'homme idoine. C'est l'expression même du dévouement, de l'intelligence, de la maestria. C'est un vrai "performer", un vainqueur, un garçon qui incarne cette réussite et qui, par voie de conséquence, est jalousé. Il incarne la simplicité, le Français moyen, il n'est pas très people et ça doit gêner. Il y a aussi, il faut le reconnaître, l'actu qui ces derniers temps a fait que Didier Deschamps a été mis à mal. Tout le monde espère en effet que Zinédine Zidane deviendra le sélectionneur de l'équipe de France. Ça ajoute de la pression. Mais tant l'un que l'autre savent que Didier s'arrêtera à un moment donné et fatalement, l'histoire retiendra bientôt que Zidane doit être le futur sélectionneur de la France. C'est écrit, c'est logique !

    Zidane est tellement humble et respectueux de son ancien partenaire que je ne pense pas que ce soit lui qui a mis la pression sur Deschamps. Ce sont son entourage et les anciens vainqueurs de 98 qui mettent une pression incroyable sur le sélectionneur. Une pression injuste parce que Didier Deschamps réussit tout, comme quand il était joueur. Aujourd'hui sélectionneur, il va montrer à tout le monde dimanche qu'il a su manager d'une main de maître une équipe de football...

    >> L'intégralité de la chronique est disponible en podcast

     

    FacebookTwitter
  • Les Croates sont fatigués et pourraient le payer en finale

    Soumis par MathieuDH le Jeudi 12 juillet 2018 à 09:37
    Inscription
    Editorialiste
    Connexion Sport

    Au lendemain de la victoire de la Croatie (2-1) lors de la demi-finale de Coupe du monde face à l'Angleterre, Pascal Dupraz revient sur la performance des joueurs des Balkans, qui accèdent à la finale du Mondial pour la première fois de leur jeune histoire.

    Le résultat de cette demi-finale est très surprenant. Je dirais que les Anglais ont arrêté de jouer à partir du moment où, très tôt, ils ont ouvert le score. Ce qui a favorisé les desseins des Croates qui sont revenus dans la partie et ont fait ce qu'ils font depuis le début de la compétition, à savoir un jeu tourné vers l'avant, même si physiquement ils commencent à être essoufflés.

    Ils ont joué avec leur cœur, c'est d'ailleurs ce qu'ils ont dit à la fin du match. Tout le monde pensait, certes, qu'ils étaient fatigués. Je crois réellement qu'ils le sont et, malheureusement, je pense qu'ils le paieront dimanche car ils ont déjà disputé 3 prolongations de suite - l'équivalent d'un match supplémentaire - sans compter leur jour de récupération en moins. Cette journée de différence va beaucoup compter car les jours précédant la finale sont surtout réservés à la récupération.

    Le point fort des Croates est celui que l'on peut trouver chez les équipes qui ont bien figuré lors de cette Coupe du monde, à savoir un collectif extrêmement bien huilé, une équipe où les joueurs jouent les uns pour les autres. Et il y a ces deux phénomènes que sont Modric et Rakitic, qui donnent l'impact.

    Les Bleus devront être à la hauteur et 20 ans après 1998, le symbole serait beau. D'ailleurs, peut-on comparer ces deux équipes de France ? Je pense que c'est comparable, dans la conduite de leur Coupe du monde, même si les Bleus de 98 ont marqué beaucoup de buts dans la phase des poules. On était aussi interrogatif quant au jeu de l'équipe. La seule comparaison que je n'oserais faire, c'est celle entre Zidane et MBappé. Zidane maîtrisait véritablement son sujet à cette époque et a permis aux Bleus d'être champions du monde.

    Néanmoins, cette promotion 2018, conduite par Didier Deschamps de manière magistrale, me semble avoir la même attitude que sa devancière puisqu'elle œuvre collectivement. Tout le monde s'accorde à dire que les joueurs vivent bien ensemble et, sur le terrain, ils se "dépouillent" tous. La demi-finale contre la Belgique est un exemple d'un point de vue tactique et en termes d'absence de renoncement.

     

    >> L'intégralité de la chronique est disponible en podcast

     

    FacebookTwitter
Les rubriques Sudradio