Yannick Châtelain : "On vivait très bien avant l'hyper-connexion, mais on ne s'en souvient plus"

Yannick Châtelain : "On vivait très bien avant l'hyper-connexion, mais on ne s'en souvient plus"
Yannick Châtelain, professeur à l’École de Management de Grenoble et auteur de l’ouvrage "Mes mails m’emm...mêlent" (Éditions Kawa) © Capture d'écran You Tube

Yannick Châtelain, professeur à l’École de Management de Grenoble et auteur de l’ouvrage "Mes mails m’emm...mêlent" (Éditions Kawa), était ce vendredi l'invité de Dimitri Pavlenko dans le Grand matin Sud Radio.

De plus en plus de Français ont du mal à lâcher leur smartphone, y compris lorsqu'ils partent en vacances et notamment sur la plage. Une véritable addiction qui n’est pas sans risque. On en parle avec Yannick Châtelain, professeur à l’École de Management de Grenoble et auteur de l’ouvrage "Mes mails m’emm...mêlent", paru aux éditions Kawa.

Bonjour Yannick Châtelain, il y a un vrai problème d’absence de déconnexion chez les Français, un véritable problème de dépendance à notre smartphone. Mais pourquoi ouvre-t-on notre boîte mail,y compris en vacances ?

Oui il y a un problème d’hyper-connexion. C’est lié à une pression sociale qui est très forte. On pense que l’on est profondément connecté mais rassurez-vous, comparé aux Brésiliens par exemple qui passent 13h par jour sur internet ou leurs tablettes, les Français n’en passent "que" 6 ou 7 au quotidien.

Mais comment faisait-on avant tous ces appareils ?

On arrivait très bien à vivre mais visiblement on ne s’en souvient plus.

On constate un phénomène assez intéressant que les Américains appellent le "blurring", c’est-à-dire une espèce de fusion du temps privé passé chez soi avec le temps de travail. Tout se mélange et ça se prolonge pendant les vacances. Face à ça, des professionnels de la santé s’alarment aujourd’hui et affirment qu’il faut arriver à se déconnecter. On parle de beaucoup de "détox" digitale. Concrètement, qu’est-ce que c’est ?

On peut considérer que c’est une sorte de gadget où l’on va en fait apprendre aux gens à se passer un petit peu de leur connexion internet. Il faut savoir, par exemple, qu’un cadre, aujourd’hui en France, consulte ses mails toutes les 5 minutes. C’est complètement délirant. c’est un usage déraisonnable. Donc la "détox" digitale, c’est plutôt apprendre aux gens à avoir un usage raisonné.

>> Retrouvez l'intégralité du podcast de l'interview :

 

Vos réponses pour cet article

Ajouter un commentaire

Les rubriques Sudradio