Virus: la France "envisage" des autobus pour les Français qui veulent quitter Wuhan (officiel)

La France "envisage" de mettre en place des autobus pour que les Français présents à Wuhan, ville placée en quarantaine par les autorités chinoises pour lutter contre le nouveau coronavirus, puissent quitter la ville, a indiqué vendredi soir le ministère des Affaires étrangères.

Noel Celis - AFP

La France "envisage" de mettre en place des autobus pour que les Français présents à Wuhan, ville placée en quarantaine par les autorités chinoises pour lutter contre le nouveau coronavirus, puissent quitter la ville, a indiqué vendredi soir le ministère des Affaires étrangères.

Le régime communiste a pris jeudi la décision inédite d'interdire le départ de Wuhan (centre) de tous les trains et les avions et d'y bloquer les autoroutes.

"Le consulat général de France à Wuhan a informé les ressortissants français se trouvant à Wuhan qu’il envisage de mettre en place, en lien avec les autorités locales, un service d’autobus permettant aux ressortissants français qui le souhaitent et à leurs conjoints et enfants de quitter la ville de Wuhan", a indiqué le ministère dans un communiqué.

"Un dispositif spécifique et permanent de suivi et de réponse aux préoccupations des Français a été mis en place" jeudi, en coordination avec l’ambassade de France à Pékin et les consulats généraux en Chine, précise le communiqué. "Il est évolutif et pourra monter en puissance si nécessaire. Il comprend notamment la mise en place d’une réponse téléphonique dédiée".

Le bilan officiel de la maladie causée par ce coronavirus apparu en décembre sur un marché de Wuhan, s'est encore aggravé vendredi, avec 26 morts.

Deux cas du nouveau coronavirus chinois ont par ailleurs été "confirmés" en France, sur des patients hospitalisés à Paris et Bordeaux, a annoncé vendredi la ministre de la Santé Agnès Buzyn, soulignant qu'il s'agissait des "premiers cas européens".

Les deux patients hospitalisés, qui s'étaient tous les deux rendus en Chine, ont été placés à l'isolement.

AFP / Paris (AFP) / © 2020 AFP