Village olympique en Seine-Saint-Denis : des milliers de personnes déplacées

Une douzaine de membres du gouvernement, dont Édouard Philippe, se rendent aujourd’hui en Seine-Saint-Denis. Une visite qui donne le coup d’envoi du chantier du village olympique des Jeux 2024. Derrière les paillettes du cérémonial, se cache un chantier controversé qui va déplacer des milliers de personnes, dont un foyer de travailleurs étrangers.

Bases du village olympique à Saint-Denis

Un reportage signé Alexandre de Moussac.

Édouard Philippe et onze autres membres du gouvernement viennent inaugurer ce lundi le chantier du village olympique à Saint-Ouen. La symbolique du lieu est toute trouvée : le 93 est le département le plus pauvre de France. Les JO seraient donc un formidable vecteur de dynamisme pour la ville ? Les résidents d'un foyer de travailleurs étrangers sont loin de cet avis, étant donné qu'ils sont relogés pour les besoins du chantier. Mais ces derniers ont attendu presque 2 ans avant que les autorités leur proposent des logements. Et dans quelles conditions ? Boubacar Diallo, représentant des résidents du foyer déplore des solutions "à la hâte", "des logements de fortune".

"Depuis que Paris a été choisi pour accueillir les JO en 2017, rien n'a été fait pour reloger les habitants du foyer. C'est inhumain, c'est inacceptable. Il faut que les résidents soient relogés dans des conditions dignes !" Boubacar Diallo, représentant des résidents concernés

Problème dans l'immédiat, mais opportunité pour les habitants à l'horizon 2024

En plus des revendications de "décence", Boubacar Diallo proteste car le relogement est prévu tout près de la zone de chantier du village olympique. Mais pour Virgile Caillet, délégué général de l’Union sport et cycles, un syndicat professionnel des entreprises de l’économie du sport, tout le monde finira par y trouver son compte. Même si, "à très court terme, c'est beaucoup d'inquiétude".

"Il faut s'inscrire dans une perspective à moyen-long terme. Il y aura énormément de réaménagement, de réhabilitations et de rénovations qui vont être faites. C'est une excellente nouvelle pour la Seine-Saint-Denis." Virgile Caillet, délégué général d'Union sports et cycles

 

Entre observateurs du sport optimistes et travailleurs relogés mécontents, le chantier du village olympique divise et pose la première pierre de JO 2024 ambitieux mais négligeant parfois le court terme des habitants de Seine-Saint-Denis.