Victimes de la catastrophe AZF : "un 4ème procès est impensable, inacceptable et intolérable"

18 ans après la plus grave catastrophe industrielle de l'histoire française, le 21 septembre 2001 à Toulouse, causant la mort de 32 personnes, faisant 2.500 victimes et 2,5 milliards d'euros de dégâts, le dossier judiciaire connaît aujourd’hui un nouvel épisode : condamné en 2017 pour homicides involontaires, Total et l’ancien directeur de l'usine se sont pourvus en cassation. L'audience a lieu jeudi 7 novembre au matin à Paris. Pour les victimes, qui n'auront pas le droit de prendre la parole, même après 18 ans de calvaire et de souffrance, pas question de baisser les bras car pour elles, un autre procès est impensable. Christine Bouillot de Sud Radio s'est rendue à Toulouse.

Y aura t-il un 4ème procès de la catastrophe d 'AZF ? AFP

"Pour nous, un 4ème procès est impensable, inacceptable et intolérable"

Plusieurs associations de victimes ont décidé de faire encore une fois le déplacement depuis Toulouse. : ils sont 8 de l'"association des sinistrés du 21 septembre 2001" à faire encore le voyage à Paris. Ces victimes savent qu'elles n'auront pas la parole devant la Cour de cassation mais pour Pauline Miranda, lourdement blessée aux oreilles lors de l'explosion, pas question d'abandonner aujourd'hui : "on espère que ce sera la validation de la condamnation et que Total soit enfin condamné ! Pour nous, un 4ème procès est impensable, inacceptable et intolérable".

 

 

"C'est pas le règne de l'argent qui peut l'emporter sur la vérité et la justice"

La saga judiciaire AZF est un marathon : trois procès gigantesques se sont déjà tenus et par deux fois, l'industriel et son directeur ont été condamnés pour la mauvaise gestion du site industriel. Total s'est encore une fois pourvu en cassation. "On joue sur la corde et sur l'usure estime Catherine Rozès, qui travaillait dans le lycée Gallieni, détruit le jour de l'explosion. C'est une stratégie qu'adopte Total, puisqu'ils ont les moyens de payer les avocats alors que nous, nous sommes des quidams ! C'est pas le règne de l'argent qui peut l'emporter sur la vérité et la justice".

"Total a fait durer cette affaire au-delà du raisonnable confirme Maître Stella Bisseuil, l'avocate des familles endeuillées jointe par Christine Bouillot, qui considère que ce pourvoi de Total est un acharnement judiciaire. Les victimes sont totalement épuisées par le parcours judiciaire qu'elles ont été obligées de faire, parce qu'ils refusent de reconnaître la vérité. C'est d'autant plus cruel et cynique de leur part qu'ils n'ont toujours pas de version à proposer".

 

La Cour de cassation rendra sa décision d'ici deux mois : on devrait donc savoir si le dossier AZF est enfin refermé par la justice française ou si on repart pour un quatrième procès.