Vacances de Noël : "c’est compliqué de s’organiser actuellement"

Les Français attendent les annonces du Président pour s'organiser pour Noël, mais pour certains la décision est prise : ils ne partiront pas.

Des personnes se dirigent vers les quais avant de prendre un train, le 20 décembre 2008 à la Gare de Lyon à Paris. Des millions de vacanciers sont attendus dans les gares, les aéroports et sur les routes, lors des vacances de Noël marquées cette année par un afflux d'amateurs de glisse dans les stations de ski et une désaffection des destinations lointaines. AFP PHOTO MEHDI FEDOUACH (Photo by MEHDI FEDOUACH / AFP)

Le gouvernement semble pencher plutôt pour un confinement allégé pour la fin de l’année et potentiellement le début de l’année 2021, plutôt que pour un déconfinement total. Une incertitude qui empêche les Français de s’organiser puisqu’ils ne savent pas s’ils pourront, ou non, se rendre chez leurs proches pour les fêtes. Et l’annonce de Blablabus (ex-Ouibus) de ne pas relancer son activité avant le printemps prochain n’aide en rien. Seule solution, le train. Reportage de Clément Bargain.

 

"C’est franchement casse-pied et ridicule, il faut le dire."

L’incertitude sur le déconfinement, partiel ou total, de cette fin d’année 2020 crée des soucis pour les Français qui espéraient passer Noël en famille. Danielle par exemple, confie au micro de Sud Radio que "c’est compliqué de s’organiser actuellement". "C’est franchement casse-pied et ridicule, il faut le dire."

D’autres ont pris leur décision, à contre-cœur. Sylvie, 70 ans, a jugé que le risque est trop élevé pour voyager et a donc mis une croix sur le Réveillon en famille. "C’est aussi pendant les vacances de Noël que les familles se retrouvent, que toutes les générations sont rassemblées, donc les risques encourus sont encore démultipliés."

Margaux, elle, a opté pour une décision encore plus radicale : pas de vacances "alors que d’habitude on part à la montagne". "On ne prend pas de risques, on ne prend pas d’engagements, et puis on voit un petit peu au jour le jour comment ça se passe."

 

"Je n’espère qu’une chose : qu’on puisse au moins bouger en France"

Virginie, également en attente des annonces d’Emmanuel Macron sur le déconfinement ou le confinement allégé, espère malgré tout pouvoir se rendre à Marseille pour Noël : "je n’espère qu’une chose : c’est qu’on n’ait plus cette distanciation du 1 kilomètre, qu’on puisse au moins bouger en France". "Pour le moment, j’attends de voir les mesures."

 

Des réservations "entre 55 et 60 % en-dessous de ce que nous avions les années précédentes"

Déjà en crise à cause du premier confinement du Printemps, la SNCF souffre de cette incertitude et de l’organisation de dernière minute à laquelle sont contraints les Français. Christophe Fanichet, PDG de SNCF Voyageurs, confirme que "les Français attendent les prises de parole du président de la République". "Lorsque je regarde l’état des réservations, on est entre 55 et 60 % en-dessous de ce que nous avions les années précédentes."

 

 

Toutes les fréquences de Sud Radio sont ici !