Une femme poignardée à Lyon, possible mobile antisémite

Une jeune femme de confession juive a été poignardée samedi à son domicile à Lyon, a indiqué le parquet de la ville, qui évoque un possible "mobile antisémite", tandis que le CRIF en appelle à la "prudence".

FRED TANNEAU - AFP/Archives

Une jeune femme de confession juive a été poignardée samedi à son domicile à Lyon, a indiqué le parquet de la ville, qui évoque un possible "mobile antisémite", tandis que le CRIF en appelle à la "prudence".

"Le pronostic vital de la jeune femme de confession juive blessée par arme blanche à son domicile situé dans le 3ème arrondissement de Lyon ne se trouve pas engagé", a annoncé le parquet dans un communiqué. "Aucune interpellation" n'a eu lieu à ce stade, précise-t-il.

"Cette agression abominable suscite de très vives inquiétudes au sein de la communauté juive", a réagi le Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif) Auvergne Rhône-Alpes, qui dit condamner "fermement l'agression".

"Toutefois, en l’état des investigations en cours, le président du CRIF ARA, Richard Zelmati, en appelle tant à la raison qu’à la prudence", souligne-t-il. "Il reviendra à la justice de qualifier les infractions et leur caractère antisémite".

Selon une source policière, les faits se sont produits vers 13H15.

La victime a déclaré que quelqu’un avait sonné à sa porte, et qu'il lui avait porté deux coups de couteau quand elle avait ouvert. Il était vêtu de sombre, le visage partiellement masqué et a pris la fuite après les faits. Une croix gammée est taguée sur la porte, mais il n'est "pas possible" de la dater à ce stade, a précisé la source.

"Les premières constatations ont conduit le parquet de Lyon à ouvrir une enquête du chef de tentative de meurtre aggravée par la circonstance que le passage à l’acte pourrait être motivé par un mobile antisémite", selon le parquet.

La sureté départementale du Rhône et la DZPJ (Direction zonale de police judiciaire) de Lyon ont été co-saisies de cette enquête.

- Déferlement -

C'est la cousine de la victime, appelée par cette dernière, qui a donné l'alarme et appelé les secours. C'est elle également qui a découvert la croix gammée, selon une autre source policière.

"La personne a ouvert et l’assaillant lui a simplement dit bonjour pour pouvoir l’attaquer à deux reprises avec un couteau", a pour sa part rapporté maître Stéphane Drai, l’avocat de la victime sur BFMTV, assurant que "la famille était connue en tant que famille de confession israélite".

Depuis le 7 octobre, date du début du conflit entre Israël et le Hamas, "857 actes antisémites" ont été recensés, soit "autant en trois semaines" que sur "toute l'année écoulée", a indiqué le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin mardi lors de la séance des questions au gouvernement à l'Assemblée nationale.

Le ministre a également indiqué que 425 personnes avaient été interpellées et "27 personnes placées en centre de rétention administrative". Près de 6.000 signalements ont par ailleurs été effectués sur la plateforme Pharos.

"Une femme de confession juive a été poignardée ce samedi. Une inscription antisémite a été retrouvée sur la porte de son domicile. Un tel déferlement de violence est inqualifiable", a réagi de son côté le maire de Lyon Grégory Doucet sur la plateforme X.

"Tout mon soutien à la victime, à ses proches", a ajouté l’édile de Lyon, où une manifestation de soutien aux civils palestiniens avait rassemblé 5.000 personnes dans l’après-midi.

Par Amélie HERENSTEIN / Lyon (AFP) / © 2023 AFP


Revenir
au direct

À Suivre
/