Un an après les inondations, Villegailhenc panse ses plaies et tente de regarder l'avenir

Les inondations dans l'Aude, 15 morts et des millions d'euros de dégâts. C'était dans la nuit du 14 au 15 octobre, des pluies diluviennes ont provoquées de terribles inondations dans le secteur de Trèbes,  le long de la vallée de l'Oriel. Un an après, nous sommes retournés à Villegailhenc  où quatre personnes ont perdues la vie. Ce village de 1700 habitants s'était retrouvé coupé en deux, le pont emporté par une vague de plusieurs mètres. Un an après, le village  tente de repartir de l’avant.

Le maire devant la maquette de ce que sera le village de 1700 habitants, après démolition et reconstruction notamment des berges de la rivière. (Christine Bouillot / Sud Radio)

Reportage Sud Radio de Christine Bouillot

 

Comme un symbole de retour à la vie, la réouverture de la boulangerie de Gael Coussinoux,  non sans quelques difficultés. "J'attends toujours le paiement des travaux par mon assurance. On me dit que j'ai un mauvais contrat mais sur 80.000 euros de travaux et rachats de matériel, j'ai perçu seulement 18.000 euros" explique le jeune artisan. Heureusement, il a pu compter sur la solidarité, comme cette  cagnotte Leetchi et les aides de la Région pour remettre sur pied son commerce. Les clients, eux, sont de retour et lui donneent de l'espoir.

Gaël Coussinoux le boulanger de Villegailhenc a réouvert son magasin (Christine Bouillot / Sud Radio)

A Villegailhenc, tout le monde garde en mémoire cette nuit terrible du 14 au 15 octobre 2018. Des pluies diluviennes  d'un phénomène cévenole classé rouge par Météo France au beau milieu de la nuit. Il a entraîne une brusque montée des eaux des rivières, avec cette vague qui va tout détruire ou presque. A Villegailhenc, le pont a été emporté, coupant le village en deux.

 

VIDEO / Villegailhenc juste après les inondations il y a un an (Christine Bouillot / Sud Radio)

Dans l'urgence, un pont provisoire a été installé. Il permet de relier Tarn et Aude, un axe économique important. Le chantier définitif de son remplacement est lancé et prendra encore  des mois.

 

Des habitants traumatisés

Ici 236 voitures ont été emportées. Sur le département de l 'Aude, on a dû extraire autant de déchets que sur une seule année. Le plus douloureux à Villegailhenc  a été la mort de quatre habitants, toutes prises au piège dans leur maison. Toutes se trouvaient dans le cœur du village, un secteur désormais interdit, trop dangereux. Dans ces rues que le maire nous fait visiter, un spectacle de désolation.

 

VIDEO / "On va réaménager mais il y a eu de la vie, ici". Michel Proust le maire de Villegailhenc devant les ruines des maisons de son village (Christine Bouillot / Sud Radio)

 

" ça fait vraiment mal au coeur de voir tout cela, explique Michel Proust.

"Ici on peut même voir des livres restés collés au plancher  des maisons. Ici les gens ont vraiment tout perdu , jusqu'aux photos !" . Le cœur du village sera modifié avec la destruction de 38 maisons .

Le pont coupé, emporté par la crue. (Christine Bouillot / Sud Radio)

"Les assureurs ce sont des Picsou, mais la solidarité ne s'est jamais arrêtée "

 

 

Un an après , dans le village, les assurances n'ont pas bonne presse. Alors que le chef de l'Etat s'était engagée à accélérer les procédures et ne pas faire payer les franchises, rien ne s'est vraiment passé comme cela.

"Beaucoup de dossiers restent en souffrance" selon le maire "avec des assureurs qui  sont des picsous! Certains experts ont été ignobles avec les habitants. Il a fallu aussi payer les franchises. Même moi sur la mairie j'ai 83 000 euros de franchise". Heureusement, la commune comme l'ensemble du département  a pu compter sur la solidarité nationale. Des aides aussi des collectivités, département et région . Y compris des services de l'Etat.

"La solidarité, depuis un an,  ne s'est jamais arrêtée" souligne le maire de Villegailhenc. "La semaine dernière,  un restaurateur de la Franqui a invité  notre club des ainés à passer une journée au bord de la mer."

La commune va aussi se transformer

Un aménagement des berges va être lancé pour permettre à l’eau de s'écouler en plus grande quantité. Toute la commune les 1700 habitants ont été consultées pour redessiner le village de l‘après. Le maire et ses habitants réfléchissent à un nouveau modèle d'alerte. L'élu ne croit à la solution d'une sirène. "On aurait eu plus de morts car les gens se seraient retrouvés dans la rues quand la vague est arrivée".

"Ce qui est certain, explique l'élu , c'est que dès qu’il pleut un peu fort , je reçois des appels chez moi d'habitants inquiets".

Un an après, difficile en effet d'oublier cette nuit de cauchemar.