Thierry Soulié : "Une éducation (dentaire) préventive a vraiment du sens dès l'âge de 3 ans"

Thierry Soulié : "Une éducation (dentaire) préventive a vraiment du sens dès l'âge de 3 ans"

Thierry Soulié (Président de la Confédération Nationale des Syndicats Dentaires) était ce mercredi l'invité de Véronique Jacquier dans le Grand journal de 18h.

Emmanuel Macron s'est exprimé ce mercredi devant le Congrès annuel de la Mutualité à Montpellier (Hérault). Le chef de l'État y a annoncé un certain nombre de mesures concernant les remboursements de frais médicaux et notamment le reste à charge zéro pour les lunettes, les aides auditives et les prothèses dentaires, avec une mise en place progressive prévue pour le 1er janvier 2021. En outre, une visite sera désormais obligatoire chez le dentiste dès l'âge de 3 ans. Une mesure approuvée par la Confédération nationale des syndicats dentaires.

"Plus on prend les dents de lait tôt, mieux c'est"

Invité de Véronique Jacquier dans le Grand Journal de 18h, le président de la Confédération a ainsi expliqué l'importance d'une telle visite préventive. "C'est totalement pertinent, parce que l'enfant va perdre ses dents de lait pendant 6 ans", a-t-il rétorqué d'entrée, avant d'énumérer le type de problème que ces visites peuvent prévenir. "On prévient beaucoup de choses (...) Les dents de lait sont vraiment très importantes. Elles sont souvent sous-estimées par les patients - et parfois même par certains praticiens - car ils pensent que ces dents ne sont pas importantes. Sauf qu'elles participent à la croissance de la bouche et plus on les prend tôt, mieux c'est pour maintenir les dents en bonne santé", a-t-il ainsi indiqué.

"Consulter dès 3 ans a vraiment du sens, dans la mesure où lorsque l'on s'occupe de l'enfant, on s'occupe en même temps des parents et de la jeune maman qui doit aussi recevoir une sorte d'éducation thérapeutique, car vous n'êtes pas sans savoir que les enfants consomment beaucoup de sucre. Une éducation préventive a vraiment du sens à 3 ans", a-t-il par ailleurs ajouté.

>> Retrouvez l'intégralité de l'interview, disponible en podcast

 

Vos réponses pour cet article

Ajouter un commentaire

Les rubriques Sudradio