single.php

Tentatives d'assassinat gare de Lyon: le suspect écroué

Le Malien de 32 ans qui a blessé plusieurs personnes samedi à la gare de Lyon à Paris a été mis en examen mardi, notamment pour tentatives d'assassinat aggravées et écroué.

Thomas SAMSON - AFP

Le Malien de 32 ans qui a blessé plusieurs personnes samedi à la gare de Lyon à Paris a été mis en examen mardi, notamment pour tentatives d'assassinat aggravées et écroué.

Le suspect, qui voulait "s'en prendre à des Français" selon le parquet, a également été mis en examen pour violences commises avec arme aggravées, a précisé le parquet de Paris.

Un juge des libertés et de la détention (JLD) a ordonné son placement en détention provisoire.

"Gardez à l'esprit qu'il ne s'agit pas d'un dossier politique. L'enjeu de ce dossier sera l'état de santé de notre client", a déclaré à la presse son avocat, Me Yassine Yakouti, à l'issue de l'audience devant le JLD.

La garde à vue du suspect a été interrompue pendant vingt-quatre heures durant lesquelles il avait été transféré à l'infirmerie psychiatrique. Mais elle a pu reprendre ensuite, "l'examen psychiatrique réalisé" n'ayant "pas écarté sa responsabilité pénale", selon le parquet.

Pour Me Julien Roelens, qui défend également l'assaillant, "il est encore tôt pour commenter à outrance, les familles (des victimes) ont besoin de sérénité".

Mardi à midi, le pronostic vital d'un homme de 66 ans, blessé au couteau à l'abdomen et par des coups de marteau à la tête, était encore engagé, selon le parquet. Une autre victime, qui avait cherché à s'interposer, recevait encore des soins.

- "Maltraitance" -

Qu'est-ce qui a motivé le passage à l'acte de ce ressortissant malien qui vivait en Italie et est arrivé en France le 1er février ? Selon une source proche du dossier, il a gardé le silence mardi après-midi devant le juge d'instruction.

En revanche, il s'est "largement" exprimé en garde à vue, évoquant notamment la "maltraitance que la France a fait subir à son grand-père", a indiqué une source proche du dossier.

Les enquêteurs analysent aussi un compte TikTok ouvert à son nom et sur lequel on voit un homme noir à lunettes, barbu, cheveux ras. Certaines vidéos y font part de son ressentiment à l'égard de la France à cause de l'intervention militaire au Mali.

"Les déclarations du mis en cause, comme l'exploitation de son téléphone, ont conduit à envisager qu'il avait commis son acte pour s'en prendre à des Français, en raison de leur appartenance à la nation", a expliqué Laure Beccuau, procureur de la République à Paris, dans un communiqué.

Le choix de cibler des victimes en raison de "leur appartenance, vraie ou supposée" à la nation française constitue une circonstance aggravante, a précisé le ministère public.

Le Parquet national antiterroriste (Pnat) ne s'est pas saisi "à ce stade" du dossier: avisé des investigations dès leurs débuts, le Pnat a conclu que "les critères n'étaient pas réunis pour se saisir", selon le parquet de Paris.

Interviewé sur BFMTV mardi soir, Me Julien Roelens a ajouté que le discours de son client était "empreint d'irrationnel, décorrélé de toute réalité et de toute revendication suffisamment crédible pour revêtir une qualification terroriste".

- S'interposer -

Gare de Lyon, samedi à 07h35, l'homme a d'abord "mis le feu à son sac à dos" et "poursuivi une passante, armé d'un marteau et d'un couteau, sans parvenir à l'atteindre", d'après les premiers éléments de l'enquête rapportés par le ministère public.

Plusieurs personnes se sont interposées.

Un homme a été blessé à l'abdomen par un coup de couteau et des coups de marteau à la tête. Un deuxième voyageur a plaqué le suspect au sol, trois autres l'y ont maintenu. Les agents de sécurité et policiers l'ont ensuite pris en charge, d'après le parquet.

"C'est grâce aux réactions immédiates et courageuses de chacune de ces personnes que le périple violent du mis en cause a été interrompu", a détaillé le parquet.

Ce Malien vivait "en situation régulière en Italie depuis 2016, avec un titre émis en 2019 tout à fait valable", selon les documents d'identité trouvés en sa possession, avait précisé samedi le préfet de police de Paris Laurent Nuñez.

Ce titre lui permettait de voyager en France en toute légalité.

Inconnu des services de police français comme italiens, "il était suivi pour des problèmes psychiatriques mais il n'a jamais manifesté de tendances violentes", ont précisé les carabiniers italiens à l'AFP.

Par Clara WRIGHT / Paris (AFP) / © 2024 AFP

L'info en continu
11H
10H
09H
08H
07H
05H
23H
Revenir
au direct

À Suivre
/