Tatiana Ventôse : "On en a marre des dirigeants qui ne prennent pas leurs responsabilités"

Tatiana Ventôse, youtubeuse politique, créatrice du « Fil d'Actu » sur Youtube, et co-auteure avec Greg Tabibian de « Jusqu'ici, tout va (très) mal - Antidote au chaos politique » (Plon) était l’invitée mardi 19 mars d’André Bercoff [DATE] sur Sud Radio dans son rendez-vous du 12h-13h, "Bercoff dans tous ses états".

Thumbnail

Humour et impertinence

André Bercoff salue en premier lieu l'humour de cet ouvrage et son impertinence. Il cite un extrait pour illustrer ses propos : "Macron, le mec qui boirait un bidon de glyphosate pour pouvoir pisser sur ton pays". Puis, Tatiana Ventôse est interrogée sur les problèmes de la société française actuelle qui les font réagir elle et Greg Tabibian, tous deux auteurs de « Jusqu'ici, tout va (très) mal - Antidote au chaos politique » (Plon).

La youtubeuse explique : "c'est un tableau général qui nous fait réagir. Ils ne se sont pas contentés d'avoir détruit tous les cadres communs qui disaient que l'on pouvait tous vivre ensemble sans trop se marcher dessus et sans que ça dégénère en guerre civile, ils ont ruiné littéralement l'économie du pays, ils nous déconnectés les uns des autres. Ils sont en train de détruire la planète à vitesse grand V..."

"La loi ne s'applique pas de la même manière à tout le monde"

Concernant le vivre ensemble, Tatiana Ventôse évoque notamment le fait que :"Le pays a sombré dans une forme d'arbitraire". Et de poursuivre : "La loi ne s'applique pas de la même manière à tout le monde. Comment voulez-vous après que l'on sache à quoi s'en tenir ?" Pour elle, la situation s'est même aggravée ces dernières années et, ce, de manière exponentielle depuis qu'Emmanuel Macron est au pouvoir, affirme-t-elle.

Enfin, Tatiana Ventôse dit avoir immédiatement adhéré aux revendications des Gilets Jaunes. Elle estime que c'est la hausse du prix du diesel qui a été la goutte d'eau qui a fait déborder le vase des revendications : "Parler de la planète pour sanctionner les travailleurs qui prennent leur voiture pour se rendre au boulot alors que le gouvernement donne un blanc-seing à Total pour pratiquer des déforestations...c’est du non-sens." Mais elle ne se sent ni de droite ni de gauche, elle défend le sens commun. Elle explique ce qu'est V, son mouvement : "On veut vivre, mais chacun met ce qu'il veut dedans. On en a marre des dirigeants qui ne prennent pas leurs responsabilités".