"On s'oublie complètement": les mères isolées réclament des mesures concrètes

Les mères isolées représentent 85% des familles monoparentales
Félix Mathieu & Constance de Marnhac - Sud Radio

Plus de deux millions de familles monoparentales en France, dont 85 % composées de femmes avec leurs enfants: derrière ces chiffres, une réalité quotidienne pour ces mères isolées. Elles entendent non-seulement témoigner, mais aussi défendre toute une série de mesures, à l'occasion de la première conférence inversée dédiée au sujet: des femmes sur scène devant des employeurs et des élus, dans plusieurs villes de France. Une grande concertation initiée par la secrétaire d’État Marlène Schiappa, dans le cadre du grand débat. Olivia a fondé l’association "Moi et mes enfants".

Reportage Sud Radio de Clément Bargain

En 2015, Olivia se sépare de son mari et se retrouve toute seule avec ses deux enfants: un fils de 10 mois, et une fille de 4 ans et demi. Elle décrit, "beaucoup de doutes pour eux, de l'angoisse..." Et parfois des reproches:

"Papa il est parti, c'était mieux avant, ou encore: t'es nulle... Il y a tout ça, c'est l'ascenseur émotionnel"

Une vie familiale chamboulée, et toute une logistique à gérer pour Olivia.


"Il faut prendre toutes les décisions, faire tous les devoirs, gérer celui qui est malade, celui qui est presque malade... Et tout ça seul, en décidant ce qu'on va manger le soir, comment on va ranger la maison."

Soutien administratif, regroupement des aides, chèques baby-sitting...

Aux difficultés du quotidien, s’ajoutent les galères financières: les fins de mois sont difficiles, depuis qu'Olivia travaille moins afin de s’occuper davantage de ses enfants.

"Le loyer, les cantines, les loisirs, les vêtements... Tous les mois, je reçois une notification de ma banque pour me dire que j'ai dépassé mon découvert autorisé"

Dans cette vie à 100 km/h, impossible de prendre du temps pour soi…

"La priorité, c'est toujours les enfants: on s'oublie complètement"

Pour rompre cette solitude, Olivia a créé l’association "Moi et mes enfant". Avec son associée Julie, elle ont recueilli les revendications des parents solo et réclament plusieurs mesures très concrètes: un meilleur soutien administratif, un regroupement des aides financières, ou encore des chèques baby-sitting pour pouvoir souffler"Quand va t-on mieux considérer l'humain dans les politiques actuelles?", demandent t-elles. Une question qu'elles entendent bien poser ce jeudi, à la secrétaire d’État Marlène Schiappa.

Les rubriques Sudradio