"Si on veut un hôpital productif, il faut que le personnel soit en bonne santé"

Valérie Auslender

Valérie Auslender, auteur de Omerta à l'hôpital (éd. Michalon), était l'invitée du Grand Matin Sud Radio.

Un an après le livre Omerta à l'hôpital, recueil de témoignages sur la maltraitance du personnel soignant en milieu hospitalier, Valérie Auslender sort aujourd'hui la version illustrée aux éditions Michalon.

Un retour sur "toutes les thématiques de maltraitances qu'on retrouve dans le livre initial, l'abus de pouvoir, la déshumanisation et l'exploitation des étudiants, le pénal, aussi, avec toutes les agressions sexuelles qui peuvent parfois survenir..."

C'est l'image d'un milieu hospitalier très violent, notamment à l'égard des étudiants, que dépeint Valérie Auslender, invitée du Grand Matin Sud Radio : "On a du mal à comprendre le versant pédagogique et formateur de ces violences qui sont tout à fait gratuites. Humilier l'étudiant devant le patient, ça n'a aucune valeur pédagogique. Remettre en question ses compétences, pourquoi pas, mais dans des conditions plus intéressantes et non des conditions d'humiliation où les conséquences vont être tout l'inverse de quelque chose de productif et où l'étudiant va se sentir menacé."

Des violences qui viennent "de l'ensemble du personnel", à "tous les échelons" et qui sont surtout, selon elle, "aggravées par l'organisation entrepreneuriale actuelle de l'hôpital, avec des demandes de rentabilité. Mais, si on veut rester logique et demander à l'hôpital d'être rentable et productif, il faut avoir des soignants qui sont en bonne santé psychologiquement, qui ont envie d'aller travailler et pas de se retrouver dans des situations où ils sont en manque d'effectifs. On imagine que ceux qui vont en pâtir derrière, ce sont les patients et les étudiants qui n'auront pas le temps d'être formés."

Écoutez l'interview de Valérie Auslender, invitée du Grand Matin Sud Radio, présenté par Patrick Roger et Sophie Gaillard

 

Les rubriques Sudradio