Séisme dans la Drôme et l’Ardèche : une réplique est très probable

Jérôme Vergne, sismologue à l’École et observatoire des sciences de la terre (EOST) de Strasbourg, était interviewé dans "le coup de fil du matin" sur Sud Radio le 12 Novembre. "Le coup de fil du matin" est diffusé tous les jours à 7h12 dans la matinale animée par Cécile de Ménibus et Patrick Roger.

Thumbnail
A priori pas de danger pour les centrales nucléaires à proximité de l'épicentre.

Le séisme dans la Drôme et l’Ardèche aura été le plus important que la France ait connu depuis 2003. Bilan : des dégâts, des blessés, des habitants passant la nuit dans des gymnases par précaution, et quelques craintes concernant les installations nucléaires.

 

Un séisme sur la faille des Cévennes

La faille à l’origine de ce séisme était-elle connue ? "Le séisme qui a eu lieu hier s’est situé au niveau de ce que l’on appelle la faille des Cévennes, explique Jérôme Vergne, sismologue à l’École et observatoire des sciences de la terre (EOST) de Strasbourg. Une grande structure géologique qui court depuis le sud-est de la France, et remonte la vallée du Rhône. On sait qu’elle a eu une activité majeure dans un passé très ancien, quelques millions d’années. Elle n’avait pas une activité sismique majeure depuis que l’on a installé des sismographes sur le territoire métropolitain. Un séisme en 2011 à Barjac avait été ressenti."

Aujourd’hui, on affine le niveau de surveillance des failles en France. "On est dans un programme lancé depuis une dizaine d’années de densifier nos moyens d’observation de séismes sur le territoire, en ajoutant des appareils pour enregistrer de tous petits séismes, des marqueurs de ces failles actives. En accumulant ces connaissances, on pourra mieux appréhender les séismes."

Pas de risque de "big one" en France

Pourquoi ce séisme aura-t-il été si fort, avec une magnitude de 5,4 ? "C’est le type de séisme que l'on a en moyenne tous les dix ans sur le territoire. Il faut relativiser : à l’échelle de la planète, il y en a un à deux par jour. Il nous rappelle simplement que nous sommes dans un pays à risque sismique." Faut-il craindre une réplique ? "La majorité des séismes atteignant la magnitude 5 en génèrent. C’est très probable. C’est quelque chose à avoir en tête." On ne risque pas de « big one » en France, comme en Californie ? "On ne peut pas avoir de séismes dépassant une magnitude 7 ou 8, mais ils peuvent dépasser la magnitude 6. Un degré, c’est trente trois fois plus d’énergie libérée. Même s’ils sont encore plus rares que celui connu hier."

Quel danger pour les centrales nucléaires à proximité du séisme ? "Ces centrales ont été construites pour résister à des séismes plus importants que ceux d'hier, en remontant dans le dernier millier d’années, dans un passé ancien." Ainsi, alors qu’elles ont été conçues pour résister à un séisme d’une magnitude de 5,2 avec un épicentre sous ces centrales, l’épicentre de celui d’hier était en fait situé à une vingtaine de kilomètres des centrales.

Cliquez ici pour écouter “le coup de fil du matin”

Retrouvez "le coup de fil du matin" du lundi au vendredi à 7h12 sur Sud Radio, dans la matinale de Cécile de Ménibus et Patrick Roger.

Sur quelle fréquence écouter Sud Radio ? Cliquez-ici !