Appel aux soignants - À Marseille, ils renfilent leur blouse blanche : "Au-delà de la peur il y a l'envie d'aider"

L’appel à l’aide des hôpitaux marseillais. L’APHM a besoin de renforts. Des infirmières, des aides soignantes, des médecins. Tous les soignants qui le peuvent sont invités à se porter volontaire contre le coronavirus. Le pic de l’épidémie pourrait toucher la région dans la semaine. 

Face à l'afflux de malades du Covid-19, les hôpitaux de l'APHM proches de la saturation

Un reportage de Lionel Maillet

 

 

Infirmiers, aides-soignants, médecins... Ils sont nombreux à reprendre du reprendre. En plus de la réserve sanitaire, dispositif qui rassemble 3 500 soignants, d'autres reconvertis s'engagent auprès des hôpitaux. C'est le cas de Joël Ignae. Il ne pensait pas reprendre du service des années qu'il a lâché sa blouse blanche mais avec sa formation d’infirmier il a décidé d’offrir son aide dans trois hôpitaux de Marseille. "C'est un geste de solidarité envers ceux qui en prennent plein la tête et ont besoin d'être relayés" explique t-il.

"Ca fait peur mais au-delà de la peur il y a l'envie d'aider"

Audrey était infirmière en réanimation pendant 6 ans. Aujourd'hui infirmière libérale, elle a été rappelée par une clinique. "Comme le vélo ça revient vite on m'a dit mais il y a une certaine appréhension", pourtant elle n’a pas hésité.

L'APHM, l'assistance publique des hôpitaux universitaires de Marseille, lance un appel à l'aide face au besoin grandissant de soignants, des centaines pour faire face à l'afflux de malades. Les 200 lits de réanimation sont quasiment tous occupés. « Nous sommes dans une situation dramatique »  les mots du Pr Laurent Papazian, chef du service de  réanimation de l’hôpital Nord, l’un des plus gros de la cité phocéenne. "Nous devons absolument avoir du renfort" appelle t-il.

Preuve de cette situation extrêmement tendue même si elle a doublé sa capacité avec 200 places en réanimation l’Aphm est proche de la saturation

Pour candidater :  http://fr.ap-hm.fr/actu/covid-2019-renforts-medicaux-et-paramedicaux