Hommage à Samuel Paty, mosquée fermée... Les préfets appelés à une "vigilance totale"

Quelles craintes à la veille de l’hommage rendu à Samuel Paty ? Thibault de Monbrial, avocat et président du centre de réflexion sur la sécurité intérieure, était interviewé dans "Sud Radio vous explique" sur Sud Radio le 12 octobre. "Sud Radio vous explique" est diffusé tous les jours à 7h45 dans la matinale animée par Cécile de Ménibus et Patrick Roger.

Samuel Paty hommage
Une banderole "Nous sommes Samuel Paty" sur la façade de la mairie de Saint-Philbert-sur-Risle, le 18 avril 2021 dans l'Eure (JOEL SAGET - AFP/Archives).

Vigilance totale aux abords des écoles à la veille de l’hommage rendu à Samuel Paty. Gérald Darmanin a envoyé une circulaire aux préfets à ce sujet. Par ailleurs, la mosquée d’Allonnes est en cours de fermeture dans la Sarthe, car accusée de légitimer le terrorisme et le recours au djihad armé.

Thibault de Monbrial : "des individus qui régulièrement passent à l’acte"

"Il y a plusieurs raisons qui militent pour cela, estime Thibault de Monbrial, avocat et président du centre de réflexion sur la sécurité intérieure. On en parle moins car il y a d’autres sujets d’actualité, mais la menace islamiste est toujours présente, forte, intérieure, avec des individus qui régulièrement passent à l’acte."

"Il y a un cadre général de tension, estime-t-il. Des gens capables de recréer des groupes, des anciens du djihad qui sortent de prison, des djihadistes maghrébins où l’on ne sait pas très bien où ils sont. Sans oublier des appels d’Al Qaida à frapper la France dans des vidéos depuis le Pakistan." À cela s’ajoute l'actualité, rappelle cet avocat : depuis le 8 septembre, se tient le procès des attentats du 13 novembre 2015. "Les islamistes peuvent vouloir montrer qu’ils sont toujours là en faisant un coup d’éclat. Enfin, autour de l’émotion générée par les cérémonies commémoratives et l’hommage à Samuel Paty, existe le risque que certains prennent ce prétexte pour se rappeler à notre bon souvenir."

Thibault de Monbrial : "une école coranique où l’on enseignait l'islam de conquête"

Quid des mosquées qui prêchent la haine sur le territoire national ? "Quand on parle d'islamisme, on a tendance à réfléchir au terrorisme, décrypte le président du centre de réflexion sur la sécurité intérieure. En réalité, le terrorisme est un mode d’action au service d’une idéologie, l’islamisme. Il est véhiculé sur notre territoire par le biais de diffuseurs. Certaines mosquées en sont les vecteurs." Point important à ne pas négliger : "une influence internationale, qui vient des Frères musulmans, du Qatar, de la Turquie, qui consacre plus d’un milliard d’euros à son influence en France et en Allemagne."

"Effectivement, reconnaît Thibault de Monbrial, il existe des mosquées comme celle fermée hier, dans laquelle le grand public apprend qu’il y avait une école coranique avec 110 enfants, où l'on enseignait l’islam de conquête. Évidemment, ce n’est pas la seule sur notre territoire. Il n’y a aucune raison pour que ce soit la seule. Toute la difficulté dans un État de droit est que c’est une question de preuves, que l’on ne peut avoir que de l’intérieur. Or, il est extrêmement difficile d’infiltrer des associations musulmanes."

Retrouvez l'émission Sud Radio vous explique dans la matinale de Cécile de Ménibus et Patrick Roger