single.php

Rétractation de Takieddine: Carla Bruni-Sarkozy convoquée pour une mise en examen

Carla Bruni-Sarkozy est convoquée pour une possible mise en examen dans l'enquête sur la rétractation en 2020 de l'intermédiaire Ziad Takieddine, qui accusait son époux Nicolas Sarkozy d'avoir financé sa campagne présidentielle de 2007 avec des fonds libyens.

Ludovic MARIN - AFP/Archives

Carla Bruni-Sarkozy est convoquée pour une possible mise en examen dans l'enquête sur la rétractation en 2020 de l'intermédiaire Ziad Takieddine, qui accusait son époux Nicolas Sarkozy d'avoir financé sa campagne présidentielle de 2007 avec des fonds libyens.

Une source proche du dossier a indiqué samedi à l'AFP que la mannequin et chanteuse encourt des poursuites pour recel de subornation de témoin, association de malfaiteurs en vue de la préparation d'escroqueries au jugement en bande organisée et en vue de la corruption de personnels judiciaires libanais.

Carla Bruni-Sarkozy pourrait ressortir de cet interrogatoire, dont la date n'a pas été précisée, mise en examen ou sous le statut plus favorable de témoin assisté.

L'information judiciaire ouverte en mai 2021 se penche sur la possible tentative d'une douzaine de protagonistes de ce dossier de tromper la justice française dans le dossier libyen, dont le volet principal sera jugé début 2025.

L'ex-président a été mis en examen en octobre, suspecté d'avoir avalisé ces manœuvres. En avril, ses avocats ont déposé une requête pour faire annuler cette mesure et, récemment, une demande de dépaysement de l'enquête.

Son épouse a déjà été entendue deux fois par les enquêteurs de l'Office central de lutte contre la corruption et les infractions financières et fiscales (OCLCIFF): d'abord comme témoin en juin 2023, puis comme suspecte début mai.

- Une ligne téléphonique occulte -

Michèle Marchand, l'ex-papesse des paparazzis, aux obsèques de la chanteuse, comédienne et "reine de la nuit" Régine, à Paris le 9 mai 2022

STEPHANE DE SAKUTIN - AFP/Archives

Récemment, selon des éléments de l'enquête dont l'AFP a eu connaissance et en partie révélés par Le Parisien, le juge d'instruction financier chargé du dossier pense avoir découvert les preuves de l'utilisation d'une ligne téléphonique occulte par Carla Bruni-Sarkozy.

Début décembre 2019, elle avait ainsi demandé à son informaticien "une nouvelle ligne complètement déconnectée du reste". Il souscrit à son nom cet abonnement le même mois.

Pour le juge, le téléphone aurait notamment servi ensuite à l'ex-couple présidentiel pour recevoir des messages de l'ex-papesse des paparazzis, Mimi Marchand (de son vrai nom Michèle Marchand), également mise en cause, sur le déroulement de l'opération.

Lors de son audition début mai, Carla Bruni-Sarkozy a contesté qu'il s'agissait de son téléphone.

L'un des messages semble pourtant prouver que l'ex-Première dame avait été informée en amont du déplacement de Mimi Marchand à Beyrouth mi-octobre 2020 pour la fameuse interview dans laquelle Ziad Takieddine se rétracte, possiblement contre rémunération.

Carla Bruni-Sarkozy avait précédemment dit ne l'avoir su qu'au moment de la publication de l'entretien, le 11 novembre 2020.

"Pourquoi avez-vous menti ?", lui demande l'enquêteur de l'OCLCIFF début mai. "Même si j'ai su qu'elle allait (au Liban), je ne savais pas pourquoi", se défend-elle.

- "Très manipulatrice" -

Le juge a aussi trouvé un message envoyé sur cette ligne deux semaines avant la première vague d'interpellations dans le dossier, en juin 2021. Mimi Marchand y annonce qu'un "ami est rentré cette nuit" et que "tout va bien".

Carla Bruni-Sarkozy assure qu'elle ne "voit pas du tout de quoi (Mimi Marchand) peut parler".

L'enquêteur rappelle que ce message suit de quelques heures le voyage en Allemagne de deux protagonistes du dossier pour remettre des fonds qui auraient pu servir à corrompre des magistrats libanais pour faire sortir de prison l'un des fils Kadhafi, Hannibal, afin qu'il aide à innocenter Nicolas Sarkozy.

Ziad Takieddine, le 7 octobre 2019 au tribunal à Paris

Ziad Takieddine, le 7 octobre 2019 au tribunal à Paris

Bertrand GUAY - AFP/Archives

"Oh là là", réagit Carla Bruni-Sarkozy, relancée. "Je ne sais pas. De l'argent liquide... Hannibal Kadhafi... On est dans une sphère où je ne sais pas quoi vous dire."

Encore interrogée sur les éléments suggérant la thèse d'un téléphone occulte lui appartenant, elle répond: "Tout à fait. Je comprends bien. Mais ce n'est pas mon numéro." Avant d'ajouter: "J'essaie d'échafauder des explications."

Invitée à conclure, Carla Bruni-Sarkozy, se dit "stupidement naïve" et ajoute se "sentir responsable de la mise en examen" de son mari.

"C'est moi qui devrait (l)'être", affirme-t-elle, se présentant comme "seul contact" de son mari avec Mimi Marchand, qui "a utilisé le nom de (son) mari et le (sien) (...) pour se donner du poids auprès de ses compères", ainsi que l'affirme Nicolas Sarkozy.

Mimi Marchand, poursuit-elle, "est maligne, mais pas forcément dans la vérité (...) Elle est très manipulatrice".

Sollicité, l'avocat de la chanteuse, Me Paul Mallet, n'a pas répondu à l'AFP.

Par Guillaume DAUDIN / Paris (AFP) / © 2024 AFP

L'info en continu
21H
20H
19H
17H
16H
15H
14H
12H
11H
09H
Revenir
au direct

À Suivre
/