René Chasset : "La France est devenue une sorte de mélange entre un parc d'attraction et un stade de football"

René Chasset, enseignant en sciences humaines et sociales, ancien consultant en management et organisation, auteur du livre "Le dernier homme" (La Valette) était l’invité d’André Bercoff jeudi 5 mars sur Sud Radio dans son rendez-vous du 12h-13h, "Bercoff dans tous ses états".

René Chasset invité d’André Bercoff dans "Bercoff dans tous ses états” sur Sud Radio.

La France est-elle devenue un stade de foot géant peuplé d'innombrables hooligans qui sèment le désordre partout où ils passent ? C'est ce que les lois censées régir les manifestations laisseraient entendre selon René Chasset, qui voit un calque parfait des lois censées limiter les violences dans les stades.

 

Entre Disneyland et le Parc des Princes

En analysant la société française et l'état du débat politique en France, René Chasset s'est rendu compte que "la France était devenue une sorte de mélange entre un parc d'attraction et un stade de football géant, y compris dans la manière de gérer le public". Pour étayer sa pensée, l'auteur observe "qu'on ne fait plus appel à la raison chez les gens", notamment avec l'apparition de nouveaux "délires", tels que le véganisme, le transhumanisme ou encore les études de genre en Amérique ou en France.

D'autre part, René Chasset note "dans la nature et la manière dont ont été pensées les lois sur la gestion des manifestations, qui sont immédiatement calquées derrière celles faites pour gérer les hooligans". Des stratégies de maintien de l'ordre aux arrêtés empêchant des rassemblements, ce qui a frappé l'enseignant, c'est que "ce sont les journalistes de So Foot et de L'Équipe qui avaient une analyse plus fine des mutations, sur la manière de gérer les grandes manifestations, que pouvaient avoir les grands quotidiens de référence".

Une colère incomprise

L'auteur souligne "un grand désir de régression absolue, partagé par une partie de la population". "L'enfant qui ne supporte pas la contradiction, tout doit être immédiat, on doit suivre ses passions, et dans le même temps toute forme de colère ne peut pas être l'expression d'un raisonnement", remarque-t-il. La preuve avec les Gilets Jaunes, estime René Chasset qui note que l'on a parlé "de foule haineuse". "Que des gens puissent être en colère et avoir dépassé le stade de la colère, c'est-à-dire être allés vers de la réflexion, ça échappe complètement à nos gouvernants", remarque-t-il.

Le système dans lequel nous vivons est pour l'auteur "la réunion du 'ferme ta gueule' et du 'cause toujours'". Il remarque que "tant que vous ne faites pas de vague, vous pouvez hurler, délirer". Et l'auteur illustre ses propos avec "les barricades installées autour de l'Assemblée nationale après l'annonce du 49-3", samedi dernier. "C'est extrêmement impressionnant", confie-t-il. Autre signe d'un malaise, "les jours de, les semaines de, n'en finissent plus. On pourrait presque souhaiter un jour sans fête", s'amuse René Chasset. "Cette invitation à communier et célébrer en permanence un monde qui ne semble pas tellement désirable, il y a une sorte d'indécence".

Cliquez ici pour écouter l’invité d’André Bercoff dans son intégralité en podcast.

 

Retrouvez André Bercoff et ses invités du lundi au vendredi sur Sud Radio, à partir de midi. Toutes les fréquences de Sud Radio sont ici !