Record d’expulsions : la Fondation Abbé Pierre réclame un plan d’urgence

Marie Rotane, responsable de la plateforme « Allô prévention expulsion » et juriste à la Fondation Abbé Pierre, était interviewée dans "le coup de fil du matin" sur Sud Radio le 30 octobre. "Le coup de fil du matin" est diffusé tous les jours à 7h12 dans la matinale animée par Cécile de Ménibus et Patrick Roger.

36.000 personnes auraient été expulsées en 2018 selon la Fondation Abbé Pierre. AFP

Les expulsions locatives ont atteint un nouveau record en 2018, avec plus de 36.000 personnes expulsées selon la Fondation Abbé Pierre. L'association réclame une nouvelle fois un plan estimé à 100 millions d'euros pour enrayer le phénomène qui s'aggrave d'année en année.

 

Marie Rotane : "les pouvoirs publics n'arrivent pas à endiguer ce phénomène, qui représente autant de drames humains"

La trève hivernale, qui débute vendredi 1er novembre, intervient dans un contexte dramatique pour Marie Rotane, responsable de la plateforme "Allô prévention expulsion" et juriste à la Fondation Abbé Pierre. "Nous sommes alarmés confirme-t-elle à Philippe David, puisque cette hausse constante des expulsions démontre que les pouvoirs publics n'arrivent pas à endiguer ce phénomène, qui représente autant de drames humains.

36.000 personnes ont été expulsées l'année dernière, mais en réalité, beaucoup de personnes partent contraintes par la procédure, avant l'intervention des forces de l'ordre. On peut estimer que ce sont deux à trois fois plus de personnes qui partent à cause de la procédure d'expulsion.

Financièrement, socialement et humainement, c'est une politique qui est totalement incohérente, c'est pourquoi nous réclamons un plan d'urgence. Un certain nombre de dispositifs arrivent à prévenir une partie des expulsions locatives, mais c'est largement insuffisant. On réclame plus d'aides pour rembourser les impayés de loyers au propriétaire, pour l'indemniser lorsque les forces de l'ordre n'interviennent pas parce qu'elles considèrent que l'expulsion aurait des conséquences dramatiques. On demande le doublement de certaines aides et le triplement des aides de fin de procédure et le renforcement de l'accompagnement des personnes confrontées aux procédures d'expulsion".

 

"Nous ne souhaitons pas que les propriétaires pâtissent de l'impayé de loyers de leurs locataires"

Que permettraient de faire les 100 millions d'euros ? "C'est une aide d'urgence explique Marie Rotane. Elle ne suffira pas à inverser totalement la courbe sur la durée, il faut que ce soit accompagné par une politique durable. Mais dès maintenant, elle permettrait de renforcer des leviers".

Certains propriétaires sont victimes de mauvais payeurs soulève Philippe David, ce qui peut les mettre aussi dans la difficulté quand ils ont un crédit à rembourser pour un logement. "C'est justement pour cette raison que les aides que nous proposons viennent rembourser les propriétaires. Nous ne souhaitons pas que les propriétaires pâtissent de l'impayé de loyers de leurs locataires".

 

Cliquez ici pour écouter “le coup de fil du matin”

Retrouvez "le coup de fil du matin" du lundi au vendredi à 7h12 sur Sud Radio, dans la matinale de Cécile de Ménibus et Patrick Roger.


Sur quelle fréquence écouter Sud Radio ? Cliquez-ici !