Reconfinement… en extérieur : "Toutes ces mesures sont difficiles à justifier"

Maintien des activités de plein air malgré le reconfinement de 16 départements : est-ce une mesure salutaire ? Le Professeur Stéphane Gayet, médecin infectiologue et hygiéniste au CHU de Strasbourg, était interviewé dans "le coup de fil du matin" sur Sud Radio le 19 mars. "Le coup de fil du matin" est diffusé tous les jours à 7h12 dans la matinale animée par Cécile de Ménibus et Patrick Roger.

Porter le masque en extérieur, est-ce vraiment utile ? Des touristes portant le masque en bordure de plage à Biarritz, le 3 août 2020. (Photo by GAIZKA IROZ / AFP)

"Qu’on arrête d’obliger les gens à mettre le masque dehors"

Sera-t-on enfermé, mais à l’extérieur ? Jean Castex a annoncé que les activités en plein air seraient autorisées dans un rayon de 10 km. La contamination ne peut-elle avoir lieu en extérieur ? "Toutes ces mesures sont difficiles à justifier, pour le moins, estime le Professeur Stéphane Gayet, médecin infectiologue et hygiéniste au CHU de Strasbourg. On commence à savoir comment ce virus est transmis. Il l’est pour moitié par micro gouttelettes, par voie respiratoire, et pour moitié par contact, par les mains."

"La prévention est déjà bien connue. Il faudrait déjà qu’on arrête d’obliger les gens à mettre le masque dehors, estime le Pr. Gayet. Sinon cela devient invivable. On sait très bien qu’il n’y a pas de transmission dehors en plein air, vu les courants d’air. Les gouttelettes sont dispersées et ne peuvent atteindre le rhinopharynx d’une autre personne. Deux personnes en plein air à l’arrêt qui se parlent sur un banc en l’absence de vent, là, il y a un risque. C’est un cas de figure très particulier. Dès qu’il y a du vent, les gouttelettes sont immédiatement dispersées."

"Le risque est très important dans métro, trains et RER"

Toutefois, "dès l’instant où on est dehors, immobile, proche les uns des autres, le risque est réel", précise le médecin infectiologue et hygiéniste au CHU de Strasbourg. Et dans les trains, quel est le danger ? "Dans tous les transports en commun, le risque est important. Le problème est que les études épidémiologiques ne peuvent pas le mettre en évidence parce qu’il n’y a aucune traçabilité possible des individus."

"Dans les transports en commun, les conditions réunies sont maximales, juge le médecin infectiologue. Le risque est très important dans le métro, les trains, les RER." Il aurait donc fallu, en fait, fermer les transports en commun ? "Ce serait efficace, mais économiquement ce ne serait pas viable."

Cliquez ici pour écouter “le coup de fil du matin”

Retrouvez "le coup de fil du matin" du lundi au vendredi à 7h12 sur Sud Radio, dans la matinale de Cécile de Ménibus et Patrick Roger.
Sur quelle fréquence écouter Sud Radio ? Cliquez-ici !