single.php

Quartier pauvre, quartier riche: à six mois des JO-2024, l'engouement au point mort

Des grands ensembles de Seine-Saint-Denis aux beaux quartiers parisiens, ceux qui vivent aux premières loges des épreuves des Jeux olympiques 2024 ne montrent qu'un faible enthousiasme à six mois de l'évènement, davantage signe pour eux de contraintes quotidiennes.

MIGUEL MEDINA - AFP/Archives

Des grands ensembles de Seine-Saint-Denis aux beaux quartiers parisiens, ceux qui vivent aux premières loges des épreuves des Jeux olympiques 2024 ne montrent qu'un faible enthousiasme à six mois de l'évènement, davantage signe pour eux de contraintes quotidiennes.

A l'entrée nord de Paris, le seul canal Saint-Denis sépare le Stade de France du quartier pauvre du Franc-Moisin mais ses grandes tours, en voie de réhabilitation, vivent pour l'heure aux antipodes du rêve olympique.

Samia Achoui, qui essaie d'économiser pour voyager tous les étés, avait tout bonnement oublié que l'évènement attendu depuis son attribution à Paris, en 2017, allait enfin survenir du 26 juillet au 11 août. "J'ai complètement occulté le fait qu'il y avait les Jeux", raconte la secrétaire en comptabilité de 61 ans dans un sourire.

Elle n'aurait rien contre le fait d'aller voir des épreuves mais "vu le prix des billets, trop chers", elle se contentera d'entendre "le bruit des applaudissements," ajoute-t-elle sans rancœur.

- "Pas les moyens" de partir -

Les acclamations lors des épreuves d'athlétisme, Jean-Pierre Bagassien ne pourra pas les rater : il habite dans un immeuble coincé entre le stade et l'autoroute.

Fuir la foule qu'il ne supporte plus à son âge ? "Je voudrais bien partir mais je n'en ai pas les moyens," souffle l'homme de 64 ans.

Bonnet enfoncé jusqu'à la moitié des yeux, Achraf, 24 ans, traîne dans la cité du Franc-Moisin, gangrenée par le trafic de stupéfiants. "Avec les Jeux à côté, je pourrais peut-être trouver à travailler," espère-t-il, levant le bras en direction du stade.

En centre-ville de Saint-Denis, le restaurateur Antoine Bento, 70 ans, espère le même dynamisme que lors de la Coupe du monde de rugby, à l'automne 2023: les animations et écrans géants avaient fait gonfler son chiffre d'affaires. "Embaucher des extras, payés à la semaine", tel est déjà son plan.

A un ami attablé qui râle d'avance contre une trop grande affluence dans les transports, il rétorque que l'évènement "va faire briller la France et le quartier".

Les Jeux, Nordine ne veut déjà plus en entendre parler. "Qu’on s'en débarrasse le plus vite possible!", assène ce natif de Saint-Denis, qui n'a pas voulu donner son nom de famille.

Ce sexagénaire redoute une accélération de la gentrification autour de la capitale. "Les nouveaux logements construits à Saint-Ouen (village des athlètes, ndlr), ça ne sera pas pour les gens du coin", tacle Nordine, pestant contre "les bobos (...) qui ont fait monter les prix de tout au quotidien".

- ..."Tout le monde va partir" -

Au coeur de la capitale, un quartier autrement plus huppé, le VIIe arrondissement de Paris, s'apprête aussi à devenir le centre du monde pendant quinze jours.

Plusieurs épreuves se dérouleront sur le Champ-de-Mars: beach-volley dans un stade monté pour l'occasion au pied de la Tour Eiffel, judo et lutte dans le Grand Palais Ephémère. Plus à l'est, l'esplanade des Invalides accueillera le tir à l'arc.

La tour Eiffel vue depuis le pont de Grenelle à Paris, le 18 janvier 2024

La tour Eiffel vue depuis le pont de Grenelle à Paris, le 18 janvier 2024

Dimitar DILKOFF - AFP

Mais autour de la Dame de Fer, l'enthousiasme a du plomb dans l'aile.

"Je ne serai pas là, c'est en plein été", dit Zoe Ben Amar, responsable commerciale dans l'événementiel pour qui les JO ne changent "pas grand-chose" à ses vacances habituelles.

Comme beaucoup, elle déplore le coût des billets. "Les Parisiens sont là pour payer des impôts, mais pas pour être associés à cet événement", critique la femme de 48 ans, convaincue que "tout le monde va partir".

Bonnet et manteau bleus, Catharina Wulf annonce avec un délicieux accent allemand qu'elle louera son logement à des personnes qu'elle connaît... Les JO? "Ça m'est égal", lâche cette Parisienne élégante, habitant le quartier depuis 25 ans.

Le scepticisme contamine même les plus jeunes. "Déjà, en prenant les transports tous les jours, c'est un peu galère, alors là...", dit Guillaume, 19 ans, étudiant en école de commerce croisé dans un bar.

Dans cet arrondissement de droite dirigé par Rachida Dati, opposante à la maire PS Anne Hidalgo, l'AFP n'a recueilli, sans surprise, quasiment que des avis hostiles.

Antoine Heslot, 32 ans, gérant de fonds d'investissement immobiliers, fait presque figure d'exception quand il dit qu'il passera "peut-être un week-end ici" pendant la quinzaine olympique.

- Circulation "rouge écarlate" -

Dans le VIIe aussi, logiquement, la tonalité est un peu meilleure chez les commerçants. "On s'attend à avoir plus de monde" qu'un été normal, quand Paris est une "zone de commerce morte", dit Benjamin Perronnet, caviste de 37 ans.

Mais la principale crainte reste la même: les restrictions de circulation.

Si les restaurants de renom "sont contents" car ils affichent complet, "on va livrer mais ce sera galère", résume Jean-Marie Boëdec, patron d'une boucherie-charcuterie qui redoute les zones "rouge écarlate" où le passage des voitures sera interdit, sauf dérogation.

Le périmètre de protection où la circulation des véhicules motorisés devra être motivée - la zone bleue - englobe la moitié de l'arrondissement, tandis que la zone rouge concerne les environs immédiats de la Tour Eiffel.

La présentation de justificatifs pour entrer dans ces dernières hérisse le poil des commerçants comme des habitants: "le QR code fait très peur, car ça rappelle un peu le confinement" du Covid-19, souligne Zoe Ben Amar.

Par Amélie BARON, Pierrick YVON / Paris (AFP) / © 2024 AFP

L'info en continu
10H
09H
08H
07H
04H
03H
23H
22H
20H
Revenir
au direct

À Suivre
/