Professeur décapité: les députés observent une minute de silence devant le Palais Bourbon

Réunis sur les marches du Palais Bourbon, l'ensemble des députés, ceints de leur écharpe tricolore et masque anti-Covid sur le visage, ont observé mardi une minute de silence en hommage au professeur Samuel Paty, a constaté un journaliste de l'AFP.

Le président de l'Assemblée nationale Richard Ferrand (g) et le député Marc Le Fur, Les Républicains (2è d) lors d'un hommage au professeur Samuel Paty devant le Palais Bourbon, le 20 octobre 2020 (Christophe ARCHAMBAULT - AFP).

Réunis sur les marches du Palais Bourbon, l'ensemble des députés, ceints de leur écharpe tricolore et masque anti-Covid sur le visage, ont observé mardi une minute de silence en hommage au professeur Samuel Paty, a constaté un journaliste de l'AFP.

Sur fond de drapeaux en berne et de devise républicaine affichée devant les colonnes du Palais Bourbon, le président de l'Assemblée Richard Ferrand (LREM) a invité à cette minute de silence en mémoire de ce professeur "sauvagement assassiné". La Garde républicaine a ensuite joué quelques mesures de la Marseillaise.

De l'extrême gauche avec Jean-Luc Mélenchon, à l'extrême droite avec Marine Le Pen, tout le spectre politique était représenté.

Une nouvelle minute de silence a été observée dans l'hémicycle à 15H00 pour députés et gouvernement, en début de séance.

"Nous sommes unis, debout et résolus, pour combattre les inspirateurs de son assassinat. Car en M. Samuel Paty, c’est la France républicaine et humaniste qui a été, lâchement, atrocement agressée", a lancé Richard Ferrand.

"Ces terroristes, quand ils sont Français, qu’ils soient punis et bannis de la société jusqu’à leur conversion sincère aux valeurs démocratiques. Quand ils sont étrangers, qu’ils soient chassés à jamais du territoire de la République", a-t-il ajouté.

Une grande partie des questions au gouvernement va être consacrée à cet attentat islamiste survenu vendredi dans les Yvelines.

A 18H30, une marche blanche aura lieu à Conflans-Sainte-Honorine, à la veille de l'hommage national qui sera rendu mercredi à partir de 19H30 à Samuel Paty dans la Cour de la Sorbonne en présence du chef de l'Etat Emmanuel Macron.

Mardi matin, 16 personnes étaient en garde à vue, dont cinq collégiens, pour comprendre comment l'assaillant, le réfugié d'origine russe tchétchène de 18 ans Abdoullakh Anzorov, a pu retrouver et identifier facilement sa cible avant de la décapiter près de son établissement de Conflans-Sainte-Honorine.

AFP / Paris (AFP) / © 2020 AFP