single.php

Prix de Diane : 14 pouliches pour un titre de championne d'Europe sur 2.100 mètres

Après le sacre du poulain Look de Vega dans le Prix du Jockey-Club, il y a deux semaines, c'est au tour des pouliches, des guerrières à la robe soyeuse, de s'affronter dans le Prix de Diane dimanche à Chantilly (Oise) pour un titre de championne d'Europe sur 2.100 mètres.

JULIEN DE ROSA - AFP/Archives

Après le sacre du poulain Look de Vega dans le Prix du Jockey-Club, il y a deux semaines, c'est au tour des pouliches, des guerrières à la robe soyeuse, de s'affronter dans le Prix de Diane dimanche à Chantilly (Oise) pour un titre de championne d'Europe sur 2.100 mètres.

Dans la 175e édition de ce rendez-vous du sport et de l'élégance, 14 pouliches de trois ans devront faire preuve de vitesse et d'endurance tout au long du parcours bordé par les Grandes Ecuries et le Château de Chantilly pour remporter les 571.400 euros promis à la gagnante sur le million d'euros de primes diverses.

Gala Real, entrainée par l'Italien Alessandro Botti à Chantilly, reste sur trois victoires, après des débuts laborieux l'été dernier à Chantilly.

Elle a été acquise lors d'une vente de yearlings organisée par Arqana, en août 2022 à Deauville, pour la somme de 270.000 euros par Meridian International, managé par Ghislain Bozo, et Alessandro Botti. Carlo Ancelotti, l'entraîneur du club de foot du Real Madrid, détient notamment une part de la pouliche.

"Ses débuts étaient décourageants. Elle a fini dernière sur 1.400 m. Elle n'a rien compris et a fait des écarts", a raconté lors d'une visio-conférence le milanais Alessandro Botti, âgé de 49 ans.

"On a rallongé sa distance +2000 m et plus+ et elle nous a montré un tout autre visage", a-t-il ajouté en précisant qu'elle sera montée par Christophe Soumillon.

"Gala Real est très calme et maniable. C'est une grande et belle pouliche qui va bien dans des terrains souples, voire pénibles. Elle a très bien travaillé lors de ses deux deniers galops, elle est en forme. Elle coche toutes les cases pour bien faire", a confié à l'AFP Christophe Soumillon, déjà vainqueur en 2004 avec Latice, puis en 2008 avec Zarkava.

Gavin Hernon, le premier entraîneur irlandais installé à Chantilly en 2018, tentera sa chance avec Dare to Dream.

Elle a gagné "de manière très plaisante" pour sa rentrée en avril puis a échoué (4e) dans le Prix Saint-Alary "avec des excuses car elle était en chaleur et dans une course sans train", a analysé Gavin Hernon.

- Birthe achetée 12.000 euros -

"ELle a montré de la qualité et de la tenue dès 2 ans sur des parcours de 2.000 à 2.400 mètres. Je veux juste que le terrain ne soit pas léger", a-t-il commenté espérant que "sa jument se rachète dimanche".

Avant le départ du Prix de Diane Groupe 1 à Chantilly dans l'Oise, le 19 juin 2022

Avant le départ du Prix de Diane Groupe 1 à Chantilly dans l'Oise, le 19 juin 2022

JULIEN DE ROSA - AFP/Archives

Le jockey Alexis Pouchin, 23 ans, qui réalise un festival cette saison sera sur son dos. "Alexis monte sans pression, un atout de la jeunesse et les chevaux le sentent", juge-t-il.

Christophe Ferland misera sur la pouliche Aventure défendant la casaque des frères Wertheimer qui a déposé ses adversaires dans le Prix de Royaumont à Chantilly sur 2.400 m.

"Aventure est petite mais le moteur est là. Elle a montré de la qualité dès ses débuts et est arrivée à maturité en septembre", a raconté Christophe Ferland qui la confiera à Maxime Guyon, Cravache d'Or 2023.

Au départ de cette épreuve mythique, figurent aussi des princesses de sang achetées à moindre coût pour des bébés galopeurs.

C'est le cas de l'entraîneur David Menuisier, seul Français installé en Angleterre, qui sellera Tamfana "une pouliche exceptionnelle" achetée 20.000 euros.

"Tamfana devrait tenir la distance. Elle a une accélération terrible. Dès qu'elle a le jour, elle gicle!", a dit David Menuisier à la tête d'une écurie de 60 pur-sang.

Enfin, parmi les autres candidates nées dans la pourpre, on retiendra aussi Birthe, une pensionnaire de la Finlandaise Laura Vanska, 38 ans. Cavalière de concours hippique, elle n'a que dix chevaux à l'entrainement et monte Birthe le matin qui "n'est pas compliquée".

Birthe, lauréate du Prix Saint-Alary à ParisLongchamp, a coûté, elle, seulement 12.000 euros. "J'ai fait les enchères mais on l'a eue à l'amiable car elle a été retirée des ventes après le ring", a-t-elle dit, confiant "avoir été attirée par sa locomotion et son physique".

Par Isabelle TOUSSAINT / Paris (AFP) / © 2024 AFP

L'info en continu
13H
11H
09H
08H
07H
02H
22H
21H
Revenir
au direct

À Suivre
/