single.php

Présidentielle: Marine Le Pen officialise son "ticket" avec Bardella

La cheffe de file du Rassemblement national, Marine Le Pen, officialise dans une interview croisée avec le députée européen Jordan Bardella le fait que ce dernier sera son Premier ministre si elle est élue.

Emmanuel DUNAND - AFP/Archives

La cheffe de file du Rassemblement national, Marine Le Pen, officialise dans une interview croisée avec le députée européen Jordan Bardella le fait que ce dernier sera son Premier ministre si elle est élue.

"J'ai pris la décision, comme potentielle candidate à la présidentielle, de présenter aux Français celui qui serait le Premier ministre si j'étais élue", affirme Marine Le Pen, dans cette interview au JDD publiée samedi soir.

"Ce ticket est absolument nécessaire parce que les Français doivent savoir qui sera le chef du gouvernement s'ils nous font confiance", poursuit-elle.

Pour le jeune homme de 28 ans, qui conduira la liste du RN aux européennes du mois de juin, le parti doit se préparer à "exercer concrètement le pouvoir", car "la question n'est plus de savoir" s'il va arriver au pouvoir, "mais quand".

Interrogée sur la nature de leur relation, Mme Le Pen décrit "une relation de respect, de travail et d'égalité de l'investissement", et une "complémentarité" entre deux personnes avec des "personnalités et des expériences différentes", mais qui pensent "la même chose".

"Je travaille à ce que les Français me confient le poste de président de la République. Jordan travaille à ce que lui soit confié le poste de Premier ministre. Nous sommes, l'un et l'autre, imprégnés de ces futures fonctions", expose-t-elle.

M. Bardella évoque lui la "relation de confiance" qui les unit, avec dans leur "tandem politique" "de l'amitié, de l'affection et surtout de la loyauté".

"L'une des grandes responsabilités d'un chef de parti, c'est de trouver un héritier. Il n'y a rien de pire qu'un dirigeant qui fait tout pour ne jamais avoir de successeur", se félicite la députée du Rassemblement nationale.

Interrogée sur le remaniement qui a vu cette semaine Gabriel Attal succéder à 34 ans à Elisabeth Borne à la tête du gouvernement, la dirigeante estime que la macronie s'est tiré "une balle dans le pied": "les macronistes viennent de tuer le seul argument qu'ils avaient contre Jordan, puisqu'ils avaient commencé à développer l'idée que Jordan était trop jeune pour être Premier ministre", ironise-t-elle.

AFP / Paris (AFP) / © 2024 AFP

L'info en continu
17H
16H
15H
14H
13H
12H
11H
10H
09H
07H
23H
Revenir
au direct

À Suivre
/