single.php

Près de 500 interpellations dans les opérations anti-drogue dites "place nette XXL"

Quatre nouvelles opérations anti-drogue dites "place nette XXL" ont été menées lundi en France, portant à 496 le nombre d'interpellations en comptant celles de Marseille la semaine dernière selon Gérald Darmanin, qui a promis de nouvelles offensives dans "les semaines qui viennent".

Nicolas TUCAT - AFP/Archives

Quatre nouvelles opérations anti-drogue dites "place nette XXL" ont été menées lundi en France, portant à 496 le nombre d'interpellations en comptant celles de Marseille la semaine dernière selon Gérald Darmanin, qui a promis de nouvelles offensives dans "les semaines qui viennent".

Ce chiffre de 496 interpellations, annoncé lundi soir sur France 2, comprend celles du 19 mars à la Castellane, une cité de Marseille gangrénée par les trafics, mais aussi le résultat de quatre opérations menées lundi dans le Nord, dans l'agglomération lyonnaise, à Dijon (Côte-d'Or) et en région parisienne, notamment à Sevran (Seine-Saint-Denis) et Colombes (Hauts-de-Seine), a précisé le cabinet du ministre de l'Intérieur.

Plus tôt dans la journée, le ministre, en déplacement à Roubaix, avait indiqué que "15.000 policiers, gendarmes et douaniers (étaient) mobilisés cette semaine" en France sur les opérations dites "place nette XXL".

"Nous avons un objectif de 850 personnes à interpeller", a déclaré M. Darmanin, soulignant qu'il souhaitait "démanteler des points de deal en intégralité", jusqu'aux "têtes de réseau".

Il a annoncé que d'autres opérations de ce type seraient menées "dans plusieurs autres agglomérations dans les jours et les semaines qui viennent".

Elles seront destinées à "porter un coup d'arrêt aux trafics de drogues", avait indiqué le président Emmanuel Macron, qui s'était déplacé la semaine passée à la Castellane.

- "Petite cuillère" -

Des policiers en patrouille près d'un point de trafic de drogue, le 21 mars 2024 à Marseille

Des policiers en patrouille près d'un point de trafic de drogue, le 21 mars 2024 à Marseille

Nicolas TUCAT - AFP

"Soit nous lâchons le travail contre la drogue et alors nous sommes comme les Pays-Bas, comme la Belgique, parfois comme l'Espagne, comme d'autres pays d'Amérique du sud, aux mains des narcotrafiquants", soit "nous luttons contre une pieuvre dont on ne doit pas simplement couper les pattes mais atteindre la tête", a déclaré M. Darmanin, évoquant de récentes arrestations de trafiquants au Maroc et au Liban.

Des policiers et un chien renifleur en patrouille à Marseille, le 21 mars 2024

Des policiers et un chien renifleur en patrouille à Marseille, le 21 mars 2024

Nicolas TUCAT - AFP/Archives

Dans le Nord, où 1.100 policiers et gendarmes ont été engagés, selon un communiqué de la préfecture, 80 individus ont été interpellés et placés en garde à vue. Quelque 65.000 euros d'avoirs criminels, 2,5 kg de drogue (cannabis et héroïne) et trois armes ont été saisis.

Lundi matin, le préfet a souligné que l'opération était "multi-délinquance", avec un focus sur les stupéfiants, alors que le directeur interdépartemental de la police nationale Thierry Courtecuisse anticipait de futures "saisies immobilières".

Des opérations ont notamment eu lieu à Lille, Tourcoing et Roubaix, a précisé M. Darmanin. Il a estimé que les "difficultés" rencontrées par Roubaix, une des villes les plus pauvres de France, étaient liées à la "proximité avec la Belgique" et noté que des douaniers étaient aussi mobilisés.

"On est en train de leur demander de vider la mer avec une petite cuillère", a réagi le député LFI David Guiraud, présent lors de la visite, estimant que "le compte n'y (était) pas pour Roubaix" en matière d'effectifs "au niveau de la brigade des stups (...) de la protection des mineurs, de la police judiciaire".

Des policiers contrôlent l'identité de trois jeunes hommes près d'un point de trafic de drogue, le 21 mars 2024 à Marseille

Des policiers contrôlent l'identité de trois jeunes hommes près d'un point de trafic de drogue, le 21 mars 2024 à Marseille

Nicolas TUCAT - AFP/Archives

A Dijon, l'opération mobilisera 500 policiers et 500 gendarmes par semaine pendant trois semaines minimum, selon le préfet. Elle a permis d'arrêter neuf personnes sur une cinquantaine "d'objectifs judiciaires" donnés aux forces de l'ordre, a indiqué le procureur Olivier Caracotch.

Dans l'agglomération lyonnaise, M. Darmanin a indiqué que l'opération avait lieu dans le quartier du Tonkin, à Villeurbanne, où il s'était rendu vendredi.

A Marseille, 900 policiers, gendarmes et douaniers avaient été mobilisés au premier jour de l'opération dans la ville et dans les Bouches-du-Rhône, selon la préfecture.

Trois jours après le lancement de l'opération, 22 kilos de stupéfiants avaient été saisis, 71 personnes placées en garde à vue, plus de 385.000 euros en liquide ou en avoirs et quatre armes saisies. Selon M. Darmanin sur X, "la semaine passée, 97% des individus ciblés ont été interpellés".

bj-tll-chp-sc-zl/bfa/dlm

Par Béatrice JOANNIS / Roubaix (AFP) / © 2024 AFP

L'info en continu
04H
22H
21H
18H
17H
16H
15H
13H
12H
Revenir
au direct

À Suivre
/