Premier Français mort du coronavirus: le choc dans l'Oise

C'est le premier mort français de l'épidémie de coronavirus, décédé dans la soirée du mardi 25 février: un enseignant de 60 ans habitant de Vaumoise dans l'Oise, travaillant dans un collège de Crépy-en-Vallois. L’établissement où il officiait fait partie des zones académiques en vacances scolaires depuis le 14 février et les cours doivent y reprendre lundi prochain… Il était en arrêt de travail à partir du 12 février inclus et il n’a pas fréquenté son établissement depuis cette date. Dans la commune, c’est le choc et l’émotion.

L'enseignant de l'Oise a été pris en charge à la Pitié-Salpêtrière où il a succombé. KENZO TRIBOUILLARD / AFP
Reportage Sud Radio de Clément Bargain

 

Dans ce petit village de 900 habitants, l’inquiétude monte. "C'est malheureux", lance Cécilia  qui habite dans la rue principale:

"Ça se propage trop vite. Ce monsieur n'a apparemment pas voyagé. D'où il a attrapé ça? Avec qui a t-il été en contact? Cela fait peur,quand-même..."

Maurice habite à quelques mètres de la maison du patient décédé. Il est sous le choc. "C'est plus possible. Faudrait peut-être que les politiques se bougent le cul ! On attend peut-être qu'il y ait beaucoup de morts pour faire quelque-chose, comme d'habitude?"

Dans la commune, l’heure est au recueillement… Le drapeau de la mairie est en berne en hommage à ce professeur également conseiller municipal. "C'était un des meilleurs profs du collège, de technologie", témoigne Candice, collégienne.

"Quand on va retourner au collège, ça va nous attrister, comme on le voyait tout le temps...."

Dans cette zone, la rentrée des vacances scolaires, c’est lundi. David, 14 ans, espère que des mesures de précautions seront mises en place pour vérifier qu'aucun élève n'est porteur du virus. Une cellule d'information a été ouverte, pour répondre aux nombreuses questions des habitants et des collégiens.

Tenter de retracer son parcours

Comment a t-il été contaminé? A t-il pu lui-même transmettre le coronavirus à d'autres personnes? Des questions encore sans réponse, alors qu'une enquête tente de retracer son parcours. Cet enseignant d'un collège de Crépy-en-Valois dans l'Oise n'avait lui-même pas voyagé dans une zone à risque ! Arrivé dans un état gravissime à l'hôpital parisien de la Pitié-Salpetrière mercredi soir, l'homme âgé de 60 ans a été testé en urgence, avant de mourir dans la nuit.

Avant la Pitié-Salpetrière, il est passé par l’hôpital de Creil, en conséquence de quoi sur place, les autorités de santé ont décidé de fermer le service de réanimation pour 14 jours afin d'éviter toute propagation. Le personnel médical en contact direct avec lui a été placé en confinement.

L'inquiétude est d'autant plus vive, qu'actuellement un autre homme de 55 ans se trouve hospitalisé dans un état grave à Amiens: lui aussi est originaire de l'Oise, et lui non-plus n'avait pas voyagé dans une zone à risque. La découverte de nouveaux cas semble s'accélérer ces dernières heures, faisant craindre un scénario à l'italienne ! Bilan total ce jeudi matin: 18 cas de contaminations en France depuis le début de la crise, parmi lesquels 12 patients guéris, et deux morts: un touriste chinois de 80 ans et cet enseignant de 60 ans.