single.php

Pour les bergers, derrière l'image de carte postale, un travail précaire

Un berger, bâton à la main, chien au pied, surveille des brebis réparties à flanc de montagne dans une vallée alpine. Cette image de carte postale cache des conditions de travail et de logement précaires, que certains n'hésitent plus à dénoncer.

JEFF PACHOUD - AFP

Un berger, bâton à la main, chien au pied, surveille des brebis réparties à flanc de montagne dans une vallée alpine. Cette image de carte postale cache des conditions de travail et de logement précaires, que certains n'hésitent plus à dénoncer.

Etienne Jobard et Simon Thomas, 33 ans, commencent leurs cinq mois de gardiens de troupeau dans le vallon sauvage du Fournel, qui s'étend le long d'une rivière encaissée entre montagnes boisées et sommets enneigés dans le parc national des Ecrins.

Ils passeront un mois et demi, entre le printemps et l'automne, dans une cabane vieillotte de 40m2 sommairement équipée: lits superposés, gazinière, antique cuisinière à bois, table et placard à provision.

A côté, une pièce dédiée au matériel: produits vétérinaires pour les 1.500 brebis et quelques chèvres, croquettes pour 11 chiens, bonbonnes de gaz... Une cabane de 5m2 sert de deuxième chambre.

Simon Thomas s'apprête à prendre une douche en extérieur, dans le logement qu'il occupe avec un autre berger, Etienne Jobard, dans les alpages au-dessus d'Argentière-la-Bessée (Hautes-Alpes), le 18 juin 2024

Simon Thomas s'apprête à prendre une douche en extérieur, dans le logement qu'il occupe avec un autre berger, Etienne Jobard, dans les alpages au-dessus d'Argentière-la-Bessée (Hautes-Alpes), le 18 juin 2024

JEFF PACHOUD - AFP

Ce qu'ils demandent ? "Une douche, des chiottes, l'eau courante à l'intérieur", résume Simon Thomas.

L'eau, qu'ils ramènent avec des bidons, vient d'un chalet voisin. Ils se lavent en plein air avec une douche solaire portative, chaude uniquement par beau temps. Une chaise percée au-dessus d'un trou creusé au sol fait office de toilettes.

- Rénovation -

"Avoir un minimum de confort, ce n’est pas du luxe, c’est de la dignité", considère Etienne Jobard, en soulignant les lourds horaires de travail, de 5-6H du matin à 22-23H, et les heures de marche pour faire pâturer les animaux dans des terrains escarpés.

Xavier Belakhosvsky, 58 ans, dont 36 comme berger, a vu les choses évoluer. "Quand j'étais jeune, je m'en foutais, je voulais de la rusticité", témoigne-t-il à l'AFP. Mais "avec l'âge, le logement est devenu important".

Simon Thomas et son chien avant une journée de travail, dans les alpages autour de l'Argentière-la-Bessée (Hautes-Alpes), le 19 juin 2024

Simon Thomas et son chien avant une journée de travail, dans les alpages autour de l'Argentière-la-Bessée (Hautes-Alpes), le 19 juin 2024

JEFF PACHOUD - AFP

Si les bergers sont des amoureux de la montagne et des animaux, "quand on reste sale, ce n'est pas bon pour le moral", complète-t-il depuis son alpage dans le Mercantour.

Les bergers salariés, payés par les éleveurs pour garder leurs bêtes, ont "un métier très précaire", explique Olivier Bonnet, coordinateur au Centre d’études et de réalisations pastorales Alpes-Méditerranée (Cerpam).

Avec le retour du loup, le travail se fait souvent en binôme dans des cabanes parfois conçues pour une personne. Il a fallu installer des abris dans les pâturages les plus en altitude. Transportés par hélicoptère, ils font à peine quelques mètres carrés.

La région Provence-Alpes-Côte d'Azur, l'Isère et la Drôme comptent un millier de ces cabanes, dont "80% nécessitent des travaux plus ou moins urgents si on veut les mettre aux normes", indique Olivier Bonnet. S'il existe une politique de rénovation depuis 25 ans, il reste "un rattrapage".

Avant la douche, à la cabane de bergers de Simon Thomas (photo) et Etienne Jobard, dans les montagnes au-dessus de l'Argentière-la-Bessée (Hautes-Alpes), le 18 juin 2024

Avant la douche, à la cabane de bergers de Simon Thomas (photo) et Etienne Jobard, dans les montagnes au-dessus de l'Argentière-la-Bessée (Hautes-Alpes), le 18 juin 2024

JEFF PACHOUD - AFP

Les travaux, subventionnés à 75%, voire 100%, peuvent être complexes car ces logements appartiennent rarement aux éleveurs, mais aux communes rurales, à l'Office national des forêts (ONF) ou à des particuliers.

- Syndicats -

Vincent Bellot, patron des deux jeunes bergers, appuie leur demande d'amélioration du logement. "Un berger reposé, c'est un berger d'attaque pour travailler", indique l'éleveur en faisant ses foins. Il sait aussi qu'aux yeux de l'inspection du travail, il est responsable des conditions d'hébergement.

La mairie d'Argentière-la-Bessée (Hautes-Alpes), propriétaire de la cabane, a un budget de 200.000 euros sur dix ans pour ces travaux, qui ont déjà servi à faire construire deux autres cabanes, indique Sandrine Reymond, adjointe au maire. "On essaye de satisfaire tout le monde mais ce n'est pas évident" avec un budget contraint, dit-elle.

Marie, bergère dans l'Isère, veut aussi "la fin du travail gratuit". Pendant cinq mois cet été, elle prévoit d'être sur le pont "sept jours sur sept", avec une seule pause de quatre jours, quand son contrat prévoit 44 heures de travail et un jour de repos hebdomadaire. "Je ne me sens pas respectée", raconte la femme de 35 ans.

Etienne Jobard prépare le repas, dans la cabane de bergers rustique qu'il occupe avec Simon Thomas, à l'Argentière-la-Bessée (Hautes-Alpes), le 18 juin 2024

Etienne Jobard prépare le repas, dans la cabane de bergers rustique qu'il occupe avec Simon Thomas, à l'Argentière-la-Bessée (Hautes-Alpes), le 18 juin 2024

JEFF PACHOUD - AFP

Si la rémunération peut dépasser 2.000 nets mensuels, elle englobe les congés payés et des primes. Ramené au taux horaire", "on est payé au Smic la plupart du temps", dénonce-t-elle, quand les salaires sont subventionnés à 80% dans les zones de présence des loups.

Marie explique continuer ce métier passion grâce au soutien des syndicats de troupeaux (SGT) qui depuis quelques années, portent les voix de ces "travailleurs isolés". Jeudi, des bergers ont fait grève pour la première fois contre l'extrême droite et pour leurs droits.

Par Laure FILLON / L'Argentière-la-Bessée (France) (AFP) / © 2024 AFP

L'info en continu
22H
21H
20H
19H
18H
17H
16H
14H
Revenir
au direct

À Suivre
/