Philippe Douste-Blazy : "Si vous donnez de l'hydroxychloroquine trop tard, on sait déjà que c'est inefficace"

Une étude relayée par The Lancet pointe l'inefficacité et les risques de certains traitements du Covid-19 dont l'hydroxychloroquine. Mais Philippe Douste-Blazy, cardiologue et ancien ministre de la Santé, joint par Clément Bargain de Sud Radio, n’est pas convaincu par les résultats.

Philippe Douste-Blazy, fervent défenseur de l'hydroxychloroquine.

Cette vaste étude sur la chloroquine et l'hydroxychloroquine, qui porte sur environ 96.000 patients hospitalisés, publiée dans la revue The Lancet, les juge inefficaces voire dangereuses chez les malades du Covid-19. Pire, elles entraîneraient un risque accru de décès et de troubles cardiaques.

 

"Cette étude examine l'hydroxychloroquine chez des malades hospitalisés qui sont déjà des cas qui ont des charges virales graves"

Mais selon Philippe Douste-Blazy, cardiologue et ancien ministre de la Santé, "c'est une étude rétrospective, sur 671 hôpitaux qui ont donné depuis le mois de décembre en Chine des médicaments, soit hydroxychloroquine, soit d'autres médicaments explique-t-il. Cette étude examine donc l'hydroxychloroquine chez des malades hospitalisés qui sont déjà des cas qui ont des charges virales graves, très élevées".

 

 

"Or, le Professeur Raoult dit depuis le début que si on doit donner de l'hydroxychloroquine, c'est au début de la maladie rappelle Philippe Douste-Blazy. Si vous le donnez trop tard, on sait déjà que c'est inefficace".

 

Sur le même sujet:

P

"J'ai donné beaucoup à l'hôpital, avec rien en retour. On travaillait à la chaîne"

 

 

Toutes les fréquences de Sud Radio sont ici !