Patrick Balkany auditionné sur sa gestion à Levallois dans le cadre d'une nouvelle enquête

Récemment condamné pour blanchiment de fraude fiscale, Patrick Balkany intéresse de nouveau la justice: l'ancien maire LR de Levallois-Perret (Hauts-de-Seine) a été entendu jeudi en audition libre dans le cadre d'une nouvelle enquête sur sa gestion municipale.

Bertrand GUAY - AFP/Archives

Récemment condamné pour blanchiment de fraude fiscale, Patrick Balkany intéresse de nouveau la justice: l'ancien maire LR de Levallois-Perret (Hauts-de-Seine) a été entendu jeudi en audition libre dans le cadre d'une nouvelle enquête sur sa gestion municipale.

M. Balkany a été auditionné "une bonne partie de la journée" à la Brigade de répression de délinquance économique (BRDE), ont indiqué des sources proches du dossier à l'AFP, confirmées par le parquet de Nanterre.

Cette enquête, ouverte en 2016 pour recel de détournement de fonds publics puis pour détournement de fonds publics et prise illégale d'intérêts, porte sur la situation d'un conseiller de l'ancien édile.

Ce dernier, Renaud Guillot-Corail, est décédé en 2020. Il fut employé de la commune de Levallois en tant que directeur du développement économique jusqu'en octobre 2012. Après sa retraite, il a continué à toucher une rémunération.

Les enquêteurs le soupçonnent d'avoir ainsi bénéficié d'un recel de détournement de fonds publics, organisé par Patrick Balkany sous couvert d'une association. M. Guillot-Corail aurait perçu plus de 300.000 euros entre 2012 et 2018, précise une source proche du dossier.

L'enquête préliminaire a donc été, au fur et à mesure, élargie aux chefs de détournement de fonds publics et prise illégale d'intérêts, jusqu'à l'audition libre de M. Balkany jeudi.

- "Rien à voir" -

"Nous contestons toute infraction. Le calendrier de cette enquête démontre à lui seul la faiblesse de celle-ci", ont réagi auprès de l'AFP les avocats de M. Balkany, Romain Dieudonné et Robin Binsard. "Pourquoi venir en 2023 investiguer sur des faits aussi anciens et pour lesquels le principal intéressé est décédé ? Circulez il n'y a rien à voir !", ont-ils assuré.

L'ancien maire de Levallois-Perret Patrick Balkany (c) arrive le 25 octobre 2022 au tribunal de Paris

L'ancien maire de Levallois-Perret Patrick Balkany (c) arrive le 25 octobre 2022 au tribunal de Paris

Alain JOCARD - AFP/Archives

La "situation occulte" de ce conseiller avait été épinglée dans un rapport publié en 2016 par la chambre régionale des comptes d'Île-de-France. Cette dernière avait émis un signalement à la justice, bientôt suivi d'une note Tracfin sur le même sujet, aboutissant à l'ouverture de l'enquête en cours.

Dans son rapport, la chambre notait que Renaud Guillot-Corail était resté dirigeant d'une "association satellite de la commune dont le montant de la subvention a par ailleurs sensiblement augmenté". La chambre relevait également qu'il disposait toujours d'un bureau, "à côté de celui du maire", et d'une "assistante dédiée".

Patrick Balkany, qui fut maire de Levallois pendant une trentaine d'années et député, est actuellement poursuivi dans deux autres affaires à Nanterre.

Dans celle dite "des chauffeurs", il a été mis en examen en juillet 2020 pour "détournement de biens ou de fonds publics par personne dépositaire de l'autorité publique". Il lui est reproché d'avoir utilisé des policiers municipaux comme chauffeurs et des véhicules à des fins privées.

Cette information judiciaire avait été clôturée en avril 2021 mais M. Balkany avait demandé l'annulation de sa mise en examen, requête rejetée par la chambre de l'instruction en décembre 2021. Le parquet peut désormais prendre ses réquisitions.

Les anciens élus de Levallois-Perret Patrick et Isabelle Balkany au cours d'un meeting de leur parti, Les Républicains, pour les élections régionales, le 9 décembre 2015 à Issy-les-Moulineaux, dans les Hauts-de-Seine

Les anciens élus de Levallois-Perret Patrick et Isabelle Balkany au cours d'un meeting de leur parti, Les Républicains, pour les élections régionales, le 9 décembre 2015 à Issy-les-Moulineaux, dans les Hauts-de-Seine

Miguel MEDINA - AFP/Archives

M. Balkany est également poursuivi depuis février 2021 pour "abus de biens sociaux", "prise illégale d'intérêts" et "détournements de fonds publics", soupçonné d'avoir utilisé frauduleusement un immeuble appartenant à la ville de Levallois. Une information judiciaire toujours en cours.

Enfin, il a récemment été condamné pour blanchiment de fraude fiscale. Il a été reconnu coupable d'avoir, avec son épouse et ex-première adjointe Isabelle Balkany, dissimulé entre 2007 et 2014 quelque 13 millions d'euros d'avoirs au fisc, notamment deux fastueuses villas dans les Caraïbes et au Maroc.

En mai 2020, M. et Mme Balkany s'étaient vu infliger en appel respectivement cinq et quatre ans d'emprisonnement, ainsi que 100.000 euros d'amende chacun et 10 ans d'inéligibilité. Début janvier, cette peine a été allégée en appel à quatre et trois ans et demi d'emprisonnement.

Par Clara WRIGHT / Nanterre (AFP) / © 2023 AFP


Revenir
au direct

À Suivre
/