On peut désormais payer ses impôts… chez le buraliste !

Ghislaine Mazoyer, présidente de la Chambre syndicale des buralistes du Gard, était interviewée dans "le coup de fil du matin" sur Sud Radio le 24 février. "Le coup de fil du matin" est diffusé tous les jours à 7h12 dans la matinale animée par Cécile de Ménibus et Patrick Roger.

Thumbnail
Les buralistes vont faire en partie le travail du service des impôts.

Payer ses impôts ou amendes directement chez le buraliste, c’est désormais possible un peu partout à travers la France. Dans le Gard, 80 buralistes sur 300 le proposent déjà.

 

Sur la base du volontariat

L’expérimentation vient de démarrer dans dix départements, dont le Vaucluse, la Corse du sud, les Yvelines ou le Gard. Comment cela va-t-il se passer ? "Le client pourra payer par carte bancaire. Il va se munir d’un avis d’imposition, le scanner à la borne Française des Jeux, et là il pourra s’acquitter de ses impôts, de la cantine scolaire, d’un PV de stationnement", explique Ghislaine Mazoyer, présidente de la Chambre syndicale des buralistes du Gard.

"Ce n’est pas nous qui avons pris un travail aux impôts, mais la direction des impôts qui a fait un appel d’offres car elle ne voulait plus assurer les paiements, détaille Ghislaine Mazoyer. Nous avons répondu, et avons été choisis. Ensuite, c’est la volonté de chaque buraliste, ils ne sont pas obligés de le faire. Mais c’est un service que l’on peut apporter à nos clients, surtout en zone rurale où tout s’en va. On peut essayer, avec cela, de maintenir des commerces de proximité".

Des paiements qui restent confidentiels

"Les buralistes se sont depuis tous temps diversifiés : relais colis, retrait d’argent avec le Crédit Agricole… C’est un service de plus que nous pouvons rendre, estime la présidente de la Chambre syndicale des buralistes du Gard. Nous serons rémunérés 1,5 euro par transaction par l’État. Ce n’est pas beaucoup, mais j’y vois des gens susceptibles de venir dans nos commerces et de consommer autre chose. On fait cela pour rendre un service public. Jadis, on proposait les vignettes auto, et cela ne nous rapportait pas grand chose".

"On a tous eu à faire une formation simple d’une demi-heure en e-learning. Nous ne faisons qu’un travail d’encaissement, détaille Ghislaine Mazoyer. C’est très simple, nous n’avons pas à regarder le papier, on ne sait même pas ce qui est payé et pourquoi. La confidentialité est obligatoire, le lecteur est côté client. Certains ont cru que nous allions remplacer les agents, mais c’est juste plus simple pour ceux qui se trouvent à vingt kilomètres d’un centre des impôts. Dans le Gard, c’est la direction des impôts qui a choisi où elle voulait s’implanter. Mais de nombreux autres buralistes sont volontaires pour le faire à compter de juillet prochain".

Cliquez ici pour écouter “le coup de fil du matin”

Retrouvez "le coup de fil du matin" du lundi au vendredi à 7h12 sur Sud Radio, dans la matinale de Cécile de Ménibus et Patrick Roger.
Sur quelle fréquence écouter Sud Radio ? Cliquez-ici !