"On est trois infirmiers, sur tout l’Ehpad, à être vaccinés"

Le personnel des Ehpad est loin d'être autant vacciné que les résidents, par manque de doses mais aussi par réticence. Reportage de Lionel Maillet.

La distribution des vaccins chez le personnel des Ehpad est encore très lente en France, alors que les résidences sont en majorité vaccinés. (Photo by SPENCER PLATT / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / Getty Images via AFP)

Gabriel Attal, porte-parole du gouvernement, a repris les propos d’Emmanuel Macron en évoquant, mercredi 3 mars 2021, un possible retour à une vie plus proche de la normalité pour avril 2021. Mais la vaccination est une des conditions pour ce faire, et elle avance lentement. Reportage de Lionel Maillet.

"On est trois infirmiers, sur tout l’Ehpad, à être vaccinés"

Dans les Ehpad, au centre de la première vague de distribution de vaccins, les résidents sont en grande majorité vaccinés contre la Covid-19. Pour les soignants, par contre, c’est une autre histoire… notamment à cause de la pénurie de doses. Solène Jauris, cadre de Santé dans un Ehpad marseillais, explique : "on est trois infirmiers, sur tout l’Ehpad, à être vaccinés". "Trois sur 37", ce qui a été rendu possible en utilisant "des doses restantes des résidents : on a réussi à faire 6 doses au lieu de 5 et du coup, grâce à ça, on a pu se faire vacciner".

 

"Elles ont peur de se faire vacciner avec le vaccin AstraZeneca"

La situation est généralisée en France : seulement 37% des personnels soignants sont vaccinés en Ehpad. Mais outre le manque de doses, la réticences de certains, surtout des plus jeunes, est en cause. "La majorité, c’est des aides soignantes. Elles ont moins de 50 ans, ce sont toutes des jeunes de 20 ans, 24 ans, et elles ont peur de se faire vacciner avec le vaccin AstraZeneca", confie Solène Jauris. "Elles disent qu’il y a trop d’effets secondaires avec ce vaccin, et qu’il n’est pas très efficace."

 

"Le risque de le donner aux résidents est quasiment nul"

Le gouvernement, qui a refusé de rendre la vaccination obligatoire pour les Français, ne semble pas enclin à la rendre obligatoire pour les soignants. Une décision qui serait, de toute manière, peu utile, selon le docteur Thierry Bautrant, à la tête d’un Ehpad en Provence. "Dans la mesure où les résidents sont vaccinés et son protégés, on n’est plus en danger."
"Nous, on a des soignants jeunes", explique-t-il, ce qui fait que "si jamais ils l’attrapent, ils ne feront pas de forme grave". "Le risque de le donner aux résidents est quasiment nul grâce à la vaccination."

 

Toutes les fréquences de Sud Radio sont ici !