éditorial

L'édito de Yolaine de La Bigne

Yolaine de La Bigne
Société

Nouvelle cartographie des cours d’eau

Une inondation à Paris

Associé à la FNSEA, le gouvernement est en train de dresser une nouvelle carte des cours d'eau en France. C'est une tâche extrêmement importante.

On en parle peu souvent, mais cela mérite de le tonitruer, puisque au moment ou un filé d'eau est classé cours d'eau, on ne peut rien y faire, ni épandage, ni travaux d'aménagement. Ce qui est important pour protéger nos rivières qui sont déjà suffisamment polluées. En revanche, si ce filé d'eau et considéré comme un fossé, là, on peut en faire absolument ce que l'on veut. Cette nouvelle cartographie est donc capitale, puisque tous ces petits ruisseaux représentent l'arborescence de nos rivières et  fleuves, qui jouent un rôle écologique fondamental. Or, cette nouvelle cartographie, nous explique le site reporter.net, pourrait déclasser près d'un cours d'eau sur cinq. C'est énorme ! Ils deviendraient des fossés et ravines, ce qui est inquiétant.

Comme l'examen systématique des cours d'eau dans nos campagnes est un travail assez fastidieux, la FNSEA s'est portée volontaire avec beaucoup d'entrain pour aider le gouvernement. C'est tout de même hallucinant que l'état, sous prétexte de manque d'effectifs, fassent appel à des gens qui ont forcément un parti-pris. Ce dossier étant très sensible, il provoque des conflits d'intérêts. Sous prétexte d'avancer vite, nombres de chambres de la FNSEA tentent d'imposer des procédures expéditives, afin de dessiner leur propre carte, ce qui, forcément, ulcère les associations environnementales locales.

L’état ne fait pas son travail, alors certains agriculteurs veulent déclasser des cours d’eau pour les exploiter, sans en prévoir les conséquences, ce qui provoque la colère des associations. Dans la région Bretonne tout se passe bien, parce que le tissu associatif travaille  avec les agriculteurs, mais dans l’Ariège, le Tarn-et-Garonne ou la Seine-et-Marne, il y a beaucoup plus de tensions. D’après le site reporter.net, on ne peut pas encore chiffrer le nombre de déclassement, mais 20 % des cours d’eau seraient en danger selon les régions.

Les rubriques Sudradio