"Nous ne consommons pas assez de protéines végétales et un peu trop de protéines animales"

La Convention citoyenne pour le climat propose de passer à deux repas végétariens par semaine dans les cantines à partir de 2025. Cette idée, est-elle scientifiquement valable ?

Les repas servis au restaurant ne sont pas forcément équilibrés. © AFP

Pour en parler, Laurence Plumey, médecin nutritionniste et auteur du livre "Le Monde merveilleux du gras : Tout sur ces rondeurs qui nous habitent !" (Éditions Eyrolles) était l'invitée de Patrick Roger le 30 juin 2020 dans l’émission "C’est à la une" sur Sud Radio, à retrouver du lundi au vendredi à 8h10.

 

"Il est difficile pour les gens de changer leurs habitudes"

"Il est tout à fait logique d’arriver à cette proposition car la situation n’est pas brillante en France. Il est évident que nous ne consommons pas assez de protéines végétales et un peu trop de protéines animales. 1 Français sur 2 n’arrive pas, ou ne veut pas, respecter la recommandation des cinq fruits et légumes par jour.

On sait que les céréales complètes, les légumes, les oléagineux sont très bons pour la santé parce qu’ils apportent des fibres, des protéines végétales, des antioxydants, du magnésium, du potassium et un certain nombre de vitamines... Mais il est difficile pour les gens de changer leurs habitudes, il est difficile de passer de la théorie à la pratique", a déploré Laurence Plumey.

Pour Laurence Plumey, le rôle de l’éducation est primordial pour prendre l’habitude de manger sain

Pour Laurence Plumey, l’éducation à l’alimentation saine passe par l’école. "Je vois deux points qui sont importants à développer à l’école pour aller davantage vers le végétal. Ce sont des animations en classe avec des professeurs bien formés qui expliqueraient l’importance de la relation de l’homme à l’alimentation, détaillant chaque catégorie d’aliments, faisant des ateliers de découverte autour des fruits et légumes. Et puis il y a la cantine. Parce que quand vous demandez à un enfant s’il mange des fruits et légumes à la cantine, il vous tire la langue et dit : 'c’est pas bon'.

Souvenez-vous de l’expérience qu’a faite Jamie Oliver dans des cantines outre-Manche : il a cuisiné des légumes d’une façon extraordinaire, et les enfants ont adoré. Il faut donc apprendre aux Français à cuisiner des légumes."

"Passé la cinquantaine, il est recommandé de manger plus de viande"

Faut-il exclure la viande et le poisson de son assiette pour autant ? "On ne peut pas se passer de protéines animales. Nous sommes des omnivores, la viande nous apporte du fer, les poissons nous apportent de l’Omega-3 et des vitamines qu’on ne trouve nulle part ailleurs. Et le lait est un produit extraordinaire parce que c’est la source de calcium la plus utile et la plus concentrée. Tout est important, tout simplement il faut respecter l’équilibre dans l’assiette. On mange de la viande ou du poisson à midi (et je rappelle qu’une portion, c’est 100 grammes), on n’est pas obligé d’en remanger le soir.

En revanche, je conseille de manger plus de viande après 50 ans, tout simplement parce que les muscles ont tendance à fondre au fil des années. Il est conseillé de remanger des protéines d’origine animale le soir : un peu de viande ou de poisson le soir, passé la cinquantaine", a nuancé Laurence Plumey.

 

Cliquez ici pour écouter "C'est à la une" avec Patrick Roger et Cécile de Ménibus

Toutes les fréquences de Sud Radio sont ici !