éditorial

L'édito de Yolaine de La Bigne

Yolaine de La Bigne
Société

Nos cheveux pour réparer les grands brûlés

Une start-up française propose de récupérer nos cheveux chez le coiffeur pour soigner les grands brûlés, c’est sérieux

Cela fait partie de ce gâchis auquel on s’est habitué : tous ces cheveux qui jonchent le sol des coiffeurs, que l’on balaie et qu’on met à la poubelle est une matière formidable puisque composé de kératine qui est précieuse Or rien qu’en France on en balance 3200 tonnes chaque année, pour le coup ça vous dresse les cheveux sur la tête! Mais deux petits malins ont eu l’idée de l’utiliser. Avec leur start-up Capillum à Clermont ferrant, ils récupèrent les cheveux de 160 salons pour en extraire la kératine

Et ils en font quoi exactement de cette kératine ? Ils la vendent à de grands laboratoires de l’industrie pharmaceutique qui peut l’utiliser pour toutes sortes de choses, en cosmétiques car la kératine est particulièrement riche te nutritive. Ou dans le médical car elle est particulièrement cicatrisante. Et par exemple, ils travaillent à remplacer la kératine animale utilisée avec force animaux tués pour les problèmes de cicatrices chez les grands brûlés par exemple.

Ça doit plutôt plaire aux coiffeurs ! Ils sont ravis car souvent leurs clients leur demande « mais vous en faites quoi de tous ces cheveux ? » donc ça les déculpabilise, ils comptent même communiquer sur le sujet pour attirer une clientèle sensible aux problèmes d‘environnement. Le potentiel est délirant avec 90 000 établissement de coiffure en France. Le but est de créer une véritable filière pour toutes sortes d’applications. Par exemple, on utilise des boudins pour dépolluer les eaux des ports or dans ces boudins il y a des flocons de polypropylène, encore du plastique, les cheveux pourraient faire le job en mieux et plus écolo !

 

Les rubriques Sudradio