Montauban : Alerte au moustique-tigre sur la ville

Brigitte Barèges, maire LR de Montauban, était interviewée dans "le coup de fil du matin" sur Sud Radio le 10 Octobre. "Le coup de fil du matin" est diffusé tous les jours à 7h12 dans la matinale animée par Cécile de Ménibus et Patrick Roger.

Thumbnail
Alerte au moustique tigre sur Montauban.

Alerte au moustique-tigre : la maire de Montauban, Brigitte Barèges, a demandé une opération de démoustication sur toute sa ville. La préfecture a refusé.

 

Une lettre ouverte au préfet

"Je ne comprends pas, confie la maire de Montauban. Nous avons eu trois cas de dengue en l’espace de deux mois, le moustique tigre étant vecteur de telles maladies. Dès que nous avons décelé le premier cas à Montauban, l’Agence Régionale de Santé a en fait décidé de traiter deux quartiers, et non pas l’ensemble de la ville. A peine reçue la lettre de refus du préfet, deux autres cas s’étaient manifestés."

La maire de Montauban a donc décidé de publier directement sur Facebook une lettre ouverte au préfet. "Je suis très étonnée, confie-t-elle. Cette lettre a eu plus de 80.000 vues sur la ville et alentours. Les gens estiment que c’est insupportable, nous recevons des témoignages touchants."

Une démoustication globale sur la commune

Du côté de la préfecture, on affirme que ce traitement n’aurait qu’un effet temporaire et créerait un sentiment anxiogène. "Ce n’est pas sérieux, juge Brigitte Barèges. Juste limiter à une rue ou un quartier, c’est totalement inopérant. Il y a un vrai problème sur ma ville. Plus de 600 personnes ont écrit en deux jours. Je veux transmettre au préfet la carte de la ville montrant que plusieurs quartiers sont touchés et qu’il faut une démoustication globale sur la commune."

Que va-t-il se passer maintenant ? "Nous allons géolocaliser tous les points mentionnés par les gens et j'irai revoir le préfet. Je pense qu’il n’est pas normal que les maires ne soient pas associés à la décision de traiter ou non et la localisation du traitement. Nous sommes dans le déni d'État. Ce n’est pas anxiogène, c’est la vérité que me remontent les gens. Malheureusement, les maires n’ont pas la main, ce sont les préfets."

Cliquez ici pour écouter “le coup de fil du matin”

Retrouvez "le coup de fil du matin" du lundi au vendredi à 7h12 sur Sud Radio, dans la matinale de Cécile de Ménibus et Patrick Roger.

Sur quelle fréquence écouter Sud Radio ? Cliquez-ici !