Migrants : les ONG complices des passeurs ?

Christophe Castaner a créé la polémique en disant que les ONG avaient pu être complice de passeurs dans le transport de migrants.Est-ce le cas ? C’est le débat du jour avec Véronique Jacquier dans "Info vérité" sur Sud Radio le 9 avril 2019. Avec pour invités :
- Docteur Philippe de Botton, président de Médecins du monde ;
- Alix Geoffroy, coordinatrice d'Utopia 56 Paris, association d'aide aux migrants ;
- Alexandre Del Valle, géopolitologue, professeur à l’IPAG Business School et auteur du livre La stratégie de l'intimidation, du terrorisme jihadiste à l'islamiquement correct (éditions L'Artilleur) ;
- Damien Lempereur, porte-parole de Debout La France.

"Info Vérité" est diffusée tous les jours à 7h10 et 9h15 dans la matinale animée par Cécile de Ménibus et Patrick Roger.

Thumbnail

Les ONG sont-elles les complices des passeurs, comme l'a récemment déclaré l’actuel ministre de l’Intérieur, Christophe Castaner ? "Il faut avoir en tête le droit maritime pour aborder la question, rappelle Véronique Jacquier. Un navigateur, un capitaine de bateau, sont obligés de se détourner et de porter secours à des personnes en difficulté et ceci, sur toutes les mers du globe. Les passeurs profitent de cette charité des gens de mer. Et les ONG, au nom de ce principe, font de l’humanitaire".

Une chute du nombre de migrants de 85% en un an

Christophe Castaner s’est toutefois bien gardé de faire le procès de toutes les ONG. Il a précisément déclaré que "des ONG ont pu être complices de passeurs", comme si cela était du passé et ponctuel. Pourtant, ce n’est pas la première fois que les ONG sont mises en cause à ce sujet. Ainsi, en juillet 2018, l’agence européenne de gardes-frontières et de gardes-côtes dénonçait déjà des collusions, signalant des contacts téléphoniques entre les ONG et des passeurs afin de diriger les flux de migrants vers des secteurs maritimes moins contrôlés.

En Italie, dès son arrivée au pouvoir, Matteo Salvini avait soutenu les mêmes accusations. Des propos repris désormais par notre ministre de l’Intérieur. "En fait, nous assistons à une redéfinition de l’action internationale, juge Véronique Jacquier. En mai 2017, l’Italie a conclu un accord avec la Libye, le Niger et le Tchad : interdiction aux ONG de secourir les migrants dans les eaux contrôlées par les gardes-côtes libyens formés par les Italiens. La mesure a été très efficace. Le taux de migrants qui s’acheminaient vers Europe via l’Italie a chuté de 85% en un an".

Les passeurs profitent des ONG

"Cette remarque de Christophe Castaner est totalement fausse et erronée, estime au contraire le Docteur Philippe de Botton, président de Médecins du Monde. La collusion est beaucoup plus du côté des autorités, entre les garde-côtes libyens et les passeurs. Ce qui fait le jeu des passeurs, c’est la fermeture des frontières en Italie et l’externalisation de la frontière britannique à Calais. Monsieur Castaner reprend les idées de Monsieur Salvini, c’est une dérive probablement électoraliste, une posture politicienne qui n’honore pas son auteur. On sauve des gens, sur les routes, sur les mers. On les aide, c’est tout".

Le travail des ONG susciterait-il donc un appel d’air ? Les humanitaires l’assument pour sauver des vies. "Les ONG dénoncent les catastrophes humanitaires : 14.000 morts en mer entre 2014 et 2017, rappelle Véronique Jacquier. Elles estiment que la fermeture des frontières fait le jeu des passeurs et rappellent les dizaines de milliers de vies sauvées…". Hier, Nathalie Loiseau, tête de liste de La République en Marche pour les européennes, en résume toutes les ambigüités : "Les ONG sont sincères dans leur démarche d’aller sauver des gens. Les passeurs en profitent."

"Qui l’emporte de la morale ou du politique ? Si le débat est arbitré par l’opinion publique, il ne va pas dans le sens des ONG. Il faudrait évidemment une coopération européenne pour aider les migrants africains à bien vivre chez eux."

Cliquez ici pour écouter "Info Vérité" présentée par Véronique Jacquier

Retrouvez "Info Vérité" du lundi au vendredi avec Véronique Jacquier à 7h10 et 9h15 sur Sud Radio, dans la matinale de Cécile de Ménibus et Patrick Roger.

Sur quelle fréquence écouter Sud Radio ? Cliquez-ici !