single.php

Mayotte: plus de 300 réfugiés africains évacués vers l'Hexagone

Plus de 300 migrants en majorité originaires de l'Afrique des Grands Lacs ont été évacués lundi de Mayotte, où leur installation avait provoqué la colère de collectifs d'habitants réclamant l'arrêt de l'immigration illégale, vers l'Hexagone.

JULIEN DE ROSA - AFP/Archives

Plus de 300 migrants en majorité originaires de l'Afrique des Grands Lacs ont été évacués lundi de Mayotte, où leur installation avait provoqué la colère de collectifs d'habitants réclamant l'arrêt de l'immigration illégale, vers l'Hexagone.

La préfecture de Mayotte a indiqué à l'AFP que 308 occupants du camp de Cavani ayant obtenu l'asile ont décollé dans la journée à destination de l'Hexagone, précisant que 14 autres qui avaient été déboutés ont été renvoyés vendredi vers leur pays d'origine.

Ils seront hébergés au moins jusqu'à mi-mars à Thiverval-Grignon (Yvelines), dans un domaine étant la propriété de l'Etat.

Les réfugiés seront accueillis "dans les résidences étudiantes", le domaine ayant abrité l'école AgroParisTech jusqu'en 2022, a précisé à l'AFP Nadine Gohard, la maire sans étiquette de Thiverval-Grignon.

L'installation de migrants dans l'enceinte du stade de Cavani, à Mamoudzou, a été le point de départ de blocages et de barrages routiers paralysant toujours en partie l'archipel de Mayotte, dans l'océan Indien.

Le démantèlement du camp, annoncé mi-janvier par Gérald Darmanin, avait démarré fin janvier en plusieurs vagues et a repris avec plus d'ampleur le week-end dernier.

Dans un communiqué publié dimanche soir, la préfecture a indiqué que "les services de l'État ont procédé à une opération d'ampleur de démantèlement du camp installé à proximité immédiate du stade de Cavani", tout en estimant à 410 le nombre de migrants toujours sur place.

Dès vendredi, des camions avaient déchargé des bennes sur le parking attenant à ce camp pour qu'y soient déposés les vestiges des abris des occupants du camp, a constaté une journaliste de l'AFP.

Le bouche-à-oreille ayant fait son effet, près d'un millier de migrants venus de toute l'île se sont finalement donné rendez-vous près du stade dans le week-end avec l'espoir d'être évacués.

"Nous sommes les seuls survivants de notre famille. Je suis arrivée ici il y a un an et je suis logée avec mon frère" dans un logement géré par une association, a expliqué à l'AFP une jeune femme de 18 ans originaire de la République démocratique du Congo (RDC), désirant garder l'anonymat.

"J'ai déjà mon statut de réfugiée mais je suis venue au stade de Cavani car on ne prend apparemment que ceux qui y logent", a-t-elle ajouté.

La reprise de l'évacuation du camp est intervenue juste avant le déplacement à Mayotte de la nouvelle ministre déléguée aux Outre-mer Marie Guévenoux, attendue mercredi sur l'île.

AFP / Mamoudzou (AFP) / © 2024 AFP

L'info en continu
17H
16H
14H
13H
12H
11H
09H
07H
23H
Revenir
au direct

À Suivre
/