Marseille : les stations services face à la pénurie de carburant

Photo d'illustration
Photo d'illustration ©GUILLAUME SOUVANT - AFP

À Marseille, certaines stations services connaissent une situation de pénurie. Par crainte des blocages, les automobilistes se ruent sur celles qui ont encore du carburant.

Dans cette grande station service d’Aubagne, il y a tellement de monde que ce sont des vigiles qui orientent les voitures. Nathalie vient enfin de toucher au Graal : "C’est la folie, j’ai attendu presque une heure ! Il faut venir soit très tôt le matin, soit très tard le soir. On croirait presque qu’on est en guerre."

À l’entrée, c’est écrit en gros ‘Plus de Sans Plomb 98’. En bleu de travail, ce mécanicien roule depuis plusieurs jours sur la réserve : "Je n’avais plus de carburant pour faire le plein de mon véhicule. Depuis plus de 48 heures, je cherche une station ouverte. Aujourd’hui, j’en ai trouvé une et je fais la queue. C’était soit une queue infinie, soit une station fermée, à La Ciotat, à Marseille..."

La pénurie est surtout créée par les automobilistes qui se ruent sur les pompes par crainte des blocages : "Ils prennent toute l’essence, toutes les affaires dans les grandes surfaces et après, il n’y a plus rien pour les autres. Ils n’ont qu’à faire les courses petit à petit, comme d’habitude. Enfin, il y a les bus. On est dans une grande ville pour les bus, les métros, pour se déplacer. Moi la première."

Malgré tout, la plupart continuent de soutenir les Gilets Jaunes : "Je comprends très bien. Je suis retraitée et j’ai été obligée de reprendre mon travail parce que je ne gagnais pas assez."

"Ils ont raison parce que tout va mal."

"Les Français attendent beaucoup plus que quelques centimes sur le gazole ou sur l’essence."

Pour éviter d’être à sec, certaines stations limitent le plein à 30 euros.

Un reportage de Lionel Maillet pour Sud Radio

Les rubriques Sudradio