Marseille : la fin des terrasses fixes sur la plage de la Pointe-Rouge

La municipalité marseillaise s'est mise en conformité avec la loi littoral, en détruisant les terrasses de restaurant sur la plage de la Pointe-Rouge. Une décision mal acceptée par les restaurateurs.

Thumbnail

Une plage en chantier, le sable qui porte encore les empreintes des chenilles des tractopelles. La municipalité de Marseille, en application de la loi Littoral, a décidé de la destruction des terrasses fixes de restaurant sur la plage de la Pointe-Rouge. Patrice, le patron du restaurant Le Pédalo, va devoir détruire l'intégralité de son établissement.

"Le Pédalo va disparaître dans les mois à venir, a-t-il confirmé. C'est un restaurant que nous avons développé à deux et qui, malheureusement, part en fumée. Pour l'instant, on n'a aucune reconversion de prévue, puisque nous pensions pouvoir faire l'année 2018."

Les autres n'ont eu qu'a raser leurs terrasses à leur frais. C'est le cas d'Alain, qui comprend mal cette décision : "On nous disait qu'il fallait rendre la plage au public, on veut bien, mais l'hiver, il n'y avait personne, donc il y avait assez de place pour tout le monde. On n'est pas contre l'écologie, mais est-ce qu'on était vraiment des acteurs polluants ou problématiques ? Je ne pense pas."

Pour Didier Réault, l'élu local au littoral, force doit rester à la loi, une loi votée il y a plus de 30 ans : "C'est pour l'accès de chacun au littoral. Ça arrive dans le Var, dans les Bouches-du-Rhône. Sans doute que l'État a trop tardé pour appliquer cette loi, mais je trouve que c'est un bon compromis, notamment pour la protection du littoral, tout en ayant un peu de recettes."

Car les restaurateurs se voient proposer la location de concessions avec terrasses démontables, qui vont passer par des appels d'offres.

Un reportage de Stéphane Burgatt pour Sud Radio