single.php

Macron va honorer mardi son "rendez-vous" avec les Français

Après les vœux du 31 décembre et le changement de Premier ministre, une grande conférence de presse : Emmanuel Macron répondra mardi à un feu roulant de questions des médias, un exercice auquel il se livre rarement, pour expliquer comment il entend rebondir en 2024 après un début de quinquennat agité.

Ludovic MARIN - AFP/Archives

Après les vœux du 31 décembre et le changement de Premier ministre, une grande conférence de presse : Emmanuel Macron répondra mardi à un feu roulant de questions des médias, un exercice auquel il se livre rarement, pour expliquer comment il entend rebondir en 2024 après un début de quinquennat agité.

Ce rendez-vous, promis à l'issue de l'adoption de la loi très controversée sur l'immigration en décembre, va permettre au chef de l'Etat d'expliciter à nouveau son cap.

La conférence de presse se tiendra à 20H15, a annoncé l'Elysée, un horaire assez inhabituel, au beau milieu des journaux télévisés du soir, mais qui promet aussi de ce fait d'attirer le plus grand nombre.

Elle sera diffusée depuis l'Elysée sur TF1, France 2 et les chaînes d'information, et pourrait durer au moins une heure et demie.

"La conférence de presse s'inscrit dans le cadre du rendez-vous avec la nation commencé avec les vœux du 31 décembre et qui s'est poursuivi avec la nomination du Premier ministre Gabriel Attal et de son gouvernement", a souligné la présidence.

Emmanuel Macron aura l'occasion de revenir sur les raisons qui l'ont poussé à changer de locataire à Matignon, à cinq mois des élections européennes, là où d'aucuns dans son camp le poussaient à attendre l'issue du scrutin du 9 juin.

- "An II" -

Sa dernière grande conférence de presse dans ce format, avec un spectre très large de questions, remonte au 25 avril 2019, après la crise des Gilets jaunes.

Les plus récentes ont été plus thématiques, comme celle sur les relations de la France avec l'Afrique en février 2023. Il en a aussi donné une très longue en mars 2022 - quatre heures - mais il était alors candidat à sa réélection et présentait son programme pour la présidentielle.

Devant les dizaines de journalistes présents, le président déroulera la dynamique qu'il entend donner à cet "An II" du quinquennat et la manière dont il entend relever les défis auxquels le pays est confronté.

Après la nomination le 9 janvier de Gabriel Attal, plus jeune Premier ministre de l'histoire de la République, son gouvernement s'est réuni pour la première fois vendredi en Conseil des ministres autour du président.

Emmanuel Macron a alors fixé le code de conduite de la nouvelle équipe gouvernementale, demandant à ses ministres d'être des "révolutionnaires" et non des "gestionnaires" et de reléguer au placard leurs "états d'âme" pour ceux qui en auraient.

- Priorités -

Lors de ses vœux, Le président de la République a promis un "réarmement" économique et civique, en référence au processus de "décivilisation" à l’œuvre selon lui.

Il entend aussi s'appuyer sur les grands rendez-vous qui vont rythmer 2024, du 80e anniversaire du Débarquement aux Jeux olympiques et à la réouverture de Notre-Dame en décembre, pour reprendre de l'élan.

Sans majorité à l'Assemblée nationale, confronté à la montée de l'extrême droite, le président français peine à donner du souffle à son deuxième mandat.

L'adoption dans la douleur de la très controversée réforme des retraites, et plus récemment d'une loi immigration soutenue par l'extrême droite et ayant fracturé la majorité présidentielle, ont laissé des traces. Le président de la République doit recevoir les parlementaires de la majorité lundi en présence du Premier ministre et du gouvernement pour resserrer les rangs.

Mercredi, M. Attal réunira l'ensemble de ses ministres à 17H00 à Matignon en "réunion de travail" pour préparer de manière "collégiale" la déclaration de politique générale (DPG) que chaque chef de gouvernement prononce devant le Parlement après sa nomination, a annoncé Matignon dimanche soir.

Au fil de ses premiers déplacements, Gabriel Attal a mis l'accent sur ce que seront ses grandes priorités, déjà déroulées par le président : l'école, "l'ordre" et la "sécurité" des Français ou le soutien à l'hôpital public, "trésor national" en pleine crise.

A plusieurs occasions depuis 2017, Emmanuel Macron a proposé diverses initiatives et nouvelles instances pour sortir de crises ou tenter une dialogue direct avec les Français, innovations dont les résultats ont été souvent jugés décevants.

Ainsi en 2019, il avait lancé le "grand débat national" après la crise des Gilets jaunes, durant lequel il s'était notamment lancé dans une série d'échanges, parfois allant jusqu'à sept heures, avec des assemblées essentiellement composées de maires. Des "conventions citoyennes" ont également été installées pour réfléchir à la transition énergétique ou sur le sujet délicat de la fin de vie.

Par Valérie LEROUX / Paris (AFP) / © 2024 AFP

L'info en continu
11H
10H
09H
07H
04H
23H
22H
21H
20H
19H
18H
17H
Revenir
au direct

À Suivre
/